Omicron pourrait remettre en cause les prévisions de croissance économique<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Transport
Transport
©MARTIN BUREAU / AFP

Incertitude

Vers une croissance négative au premier trimestre

La croissance pourrait être négative au premier trimestre à cause de la contagiosité inédite du variant Omicron, qui change la manière de vivre avec le virus s'inquiète L'Opinion.

Le gouvernement espère 4 % de croissance pour l’année 2022. Mais ces chiffres sont déjà de l’histoire ancienne. En cause, la contagiosité record du variant Omicron, qui deviendra majoritaire en France d’ici au jour de l’An, selon l’exécutif souligne l'Opinion.

Lors d’une visio-conférence jeudi dernier, le conseil scientifique a estimé qu’il pourrait y avoir en janvier plusieurs centaines de milliers de cas par jour, du jamais vu. Avec à la clef une « désorganisation sociétale » inédite à cause des nombreuses personnes devant s’isoler car étant cas contact ou contaminées, et « des problèmes sur les secteurs stratégiques de fonctionnement de notre société : la distribution alimentaire, la sécurité, l’énergie, les transports, les communications et la santé constate L'Opinion.

Au Medef, on considère qu’il n’y a pas de raison de paniquer, mais « dans les PME, on ne peut pas remplacer les compétences absentes au pied levé », insiste François Asselin, président de leur confédération (CPME).

« Selon les simulations du modèle de l’institut Pasteur, on pourrait atteindre 300 000 cas positifs par jour vers le 15 janvier. En moyenne, chacun génère, a minima, 2 cas contacts » détaille détaille Patrick Artus, chef économiste de Natixis cité par l'Opinion

Ainsi pour 300 000 cas positifs par jour, il y aura 600 000 cas contact, soit en tout 900 000 personnes qui devront d’isoler...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !