Mort d'un principal à Lisieux: les deux jeunes interpellés mis en examen pour intrusion et dégradations<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le collège Pierre-Simon de Laplace, à Lisieux (Calvados). - Capture d'écran Google Maps
Le collège Pierre-Simon de Laplace, à Lisieux (Calvados). - Capture d'écran Google Maps
©Capture d'écran Google Maps

Enquête

Les suspects avaient reconnu avoir fracturé la porte de l'établissement. L'exploitation des données du téléphone de l'un d'entre eux a toutefois permis d'établir qu'ils avaient quitté les lieux au moment de la mort du principal.

Les deux jeunes interpellés après avoir reconnu s'être introduits dans le collège Pierre-Simon de Laplace de Lisieux (Calvados), où le principal Stéphane Vitel a été retrouvé mort vendredi, ont été mis en examen, selon une information de BFMTV.

Mercredi, le parquet avait annoncé qu'il comptait demander la mise en examen des deux adolescents pour « intrusion dans l'enceinte d'un établissement scolaire » et « infraction de dégradations en réunion de biens d'utilité publique ». Les deux jeunes, âgés de 17 et 19 ans, encourent ainsi jusqu'à sept ans d’emprisonnement.

Le mineur s’est présenté au commissariat de Lisieux lundi soir, en compagnie de sa mère, et reconnaît s’être introduit par effraction dans l'établissement « au terme d'une soirée alcoolisée ». Les suspects ont reconnu avoir fracturé la porte de l'établissement lors de leur audition.

Selon le parquet, les deux adolescents ne se trouvaient « a priori » plus sur les lieux au moment de la mort du principal du collège. Cette affirmation est confirmée par l'exploitation des données du téléphone de l'adolescent mineur. Le procureur a ajouté ne pas exclure la possibilité de « la présence d'une tierce personne dans l’établissement » au moment des faits.

Une information judiciaire a été ouverte afin de déterminer les causes de la mort de Stéphane Vitel. Son autopsie réalisée lundi a permis de constater des « lésions cutanées minimes » et une « pathologie cardiaque ancienne et non traitée » sans pour autant déterminer avec certitude une cause naturelle du décès.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !