Matignon veut lutter contre le conspirationnisme et fait appel à un humoriste ambigu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Matignon veut lutter contre le conspirationnisme et fait appel à un humoriste ambigu
©

Mauvais choix

Matignon veut lutter contre le conspirationnisme et fait appel à un humoriste ambigu

Comme le révèle Street Press, Kevin Razy a participé à une web TV justement conspirationniste.

Le gouvernement ne pouvait probablement pas trouver pire… Cette semaine, Matignon lançait le site "On te manipule," chargé d'informer les jeunes sur les rumeurs, hoax et autres théories du complot sur internet. Pour appuyer le propos, le service communication avait fait appel, via un prestataire, à un comique en vogue sur Youtube, Kevin Razy. Charge à lui de moquer les fausses informations dans une petite vidéo amusante.

Mais comme l'a relevé Steet Press, l'humoriste n'était pas forcément le mieux placé pour ce sujet. Le 7 janvier dernier, il participait ainsi à un "Dîner du Cercle" sur la thématique des Youtubeurs. A ses côtés, on retrouve ainsi des acteurs du web adeptes des théories du complot comme "Le Débrancheur," ou un autre surnommé "J’suis pas content."

"Tout ce petit monde devise contre les médias ou à propos de l’attentat de Kennedy" raconte Street Press. Et Kevin Razy de se lancer dans son analyse du monde de la télévision : "tu ne peux pas arriver from nowhere, débarquer et dire : tiens, je vais commencer sur la Shoah, j’ai un truc à raconter." La thématique antisioniste est évidemment souvent évoquée. Et l'animateur du "débat" se lance : "l’idéologie sioniste est aujourd’hui partagée par au minimum 50% des juifs de France. C’est la cinquième colonne parfaite. Israël peut s’appuyer sur ce réservoir de bons Français qui sont insoupçonnables pour nos services de contre-espionnage." Ravi de ces échanges, Kevin Razy conclut : "je suis content de vous rencontrer les gars, car je suis très triste de la plupart de mes collègues."

Lu sur Street Press

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !