Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Le président Emmanuel Macron prononce un discours lors d'une cérémonie à la préfecture de police de Paris le 8 octobre 2019, lors de l'hommage aux victimes d'un attentat à la préfecture le 4 octobre 2019.
Le président Emmanuel Macron prononce un discours lors d'une cérémonie à la préfecture de police de Paris le 8 octobre 2019, lors de l'hommage aux victimes d'un attentat à la préfecture le 4 octobre 2019.
©ludovic MARIN / AFP

Mémoire des victimes

Le « musée-mémorial » du terrorisme sera implanté à Suresnes

Un « musée-mémorial » dédié à l'ensemble des victimes des actes terroristes en France depuis 1974, date de l'attentat du Drugstore Publicis, sera prochainement créé. La première pierre pourrait être posée en mars 2022, selon des précisions de l'Élysée.

Le président Emmanuel Macron a choisi la ville de Suresnes dans les Hauts-de-Seine, dans la banlieue ouest de Paris, pour le site du premier musée-mémorial du terrorisme, dont la première pierre pourrait être posée en mars 2022, d’après les annonces ce mardi 11 mai de l'Elysée.

« Le chef de l'Etat a retenu une implantation à Suresnes, à l'immédiate proximité du Mémorial de la France combattante » et « il prendra place dans les locaux actuels de l'Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INSHEA) qui doit prochainement déménager à Saint-Germain-en-Laye », selon les précisions de la présidence dans un communiqué.

La mise en chantier de ce projet inédit en France avait été annoncée par le président Emmanuel Macron en septembre 2018. Le responsable du projet, l'historien Henry Rousso, avait indiqué en mars à l'AFP que l'inauguration était prévue pour 2027. Le projet français couvrira l'ensemble des victimes et des actes de terroristes depuis 1974, date de l'attentat du Drugstore Publicis jusqu'à nos jours.

Le musée accordera une place importante aux victimes, aux survivants, aux blessés physiques et psychiques, aux primo-intervenants ainsi qu'aux aidants de première ligne. La partie « mémorial » permettra « l'inscription exhaustive » des noms de toutes les victimes françaises du terrorisme, mortes sur le territoire national et à l'étranger.

France Bleu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !