La France rapatrie des femmes "djihadistes" mais pas d'hommes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Prison de Fresnes
Prison de Fresnes
©PATRICK KOVARIK / AFP

La France rapatrie des femmes "djihadistes" mais pas d'hommes

Aucun pays de l'Union Européenne ne rapatrie les hommes

 La France vient de rapatrier, du nord-est de la Syrie, 51 personnes - 16 femmes et 35 enfants. Pour la première fois, des adultes ont été exfiltrés des camps kurdes de cette zone souligne Le Figaro.

«Aucun des pays de l’Union n’a décidé de rapatrier les hommes, ni la Belgique, ni l’Allemagne ou le Danemark, rappelle Laurent Nuñez.

"En revanche, c’est bien la première fois que nous rapatrions des femmes dans le but humanitaire de rapatrier plus d’enfants. Et nous ne cachons pas qu’il y a aussi des considérations sécuritaires: fin janvier 2022, il y a eu l’attaque par des commandos de l’EI de la prison d’Hassaké, dans le nord-est de la Syrie, visant à en libérer les prisonniers. Nous savons que ces derniers projettent des attaques des camps de Roj et Al Hol, alors que la Turquie prépare sans doute une opération dans le nord-est de Syrie. Nous estimons donc qu’il vaut mieux avoir ces femmes djihadistes incarcérées et judiciarisées chez nous que retournant massivement vers les poches djihadistes qui se reconstituent dans la région, où elles pourront évoluer librement». affirme le coordonnateur du renseignement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !