La charge d'Arnaud Montebourg contre Hollande et les "oligoénarques" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Arnaud Montebourg estime que François Hollande appartient à une "société de connivence" et, en cela, défend les intérêts des puissants.
Arnaud Montebourg estime que François Hollande appartient à une "société de connivence" et, en cela, défend les intérêts des puissants.
©Reuters

Lutte des classes

La charge d'Arnaud Montebourg contre Hollande et les "oligoénarques"

Arnaud Montebourg estime que François Hollande, coupé de la situation réelle dans laquelle se trouve le pays, est le défenseur des intérêts des puissants.

Dans une interview qu'il a accordée pour le prochain numéro du magazine Marianne, Arnaud Montebourg s'en prend au chef de l'Etat.

Il serait le parfait produit et représentant d'une "société de connivence" caractérisée par "un mélange de technocrates bien-pensants et d'européistes conformistes", à la fois oligarques et énarques, qu'Arnaud Montebourg appelle "oligoénarques". Défenseur des intérêts des puissants, le président de la République serait coupé du réel : "La colère perceptible et explosive dans le pays ne semble plus arriver jusqu'à son cerveau".

L'autre axe de la critique d'Arnaud Montebourg tient en une charge contre l'"hyperprésidence", qui expliquerait selon lui la difficulté à incarner la fonction de monarque républicain à la fois de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. 

Face à cette "société de la connivence" et au problème institutionnel, il appelle à "une levée en masse" du peuple de gauche lors de la primaire socialiste, et se pose comme rassembleur des gauches non libérales.

En 2012, il avait créé la surprise lors de la première primaire socialiste en terminant troisième. 

LU SUR MARIANNE

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !