Intermittents : Aurélie Filippetti accuse le Medef de vouloir "tuer la culture" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Intermittents : Aurélie Filippetti accuse le Medef de vouloir "tuer la culture"
©

Rien que ça !

Intermittents : Aurélie Filippetti accuse le Medef de vouloir "tuer la culture"

La ministre de la Culture a répondu dans le Parisien à la proposition du Medef de supprimer le régime des intermittents du spectacle.

Aurélie Filippetti voit rouge ! Après que le Medef a proposé de supprimer le régime des intermittents, déficitaire, afin de l'aligner sur le régime général, la ministre de la Culture l'a accusé de vouloir chercher un "bouc émissaire", dans une interview auParisien publiée ce dimanche.

"Le Medef a une attitude agressive et scandaleuse, il veut tuer la culture", estime la ministre. Elle assure que les intermittents ne "ne sont pas des privilégiés" et insiste sur leur rôle économique : "Économiquement on a besoin des intermittents. Quand vous investissez un euro dans un festival ou un établissement culturel, vous avez 4 à 10 euros de retombées économiques pour les territoires", affirme-t-elle.

Pour elle, le Medef cherche un bouc émissaire car il "est incapable de s'engager sur des contreparties au pacte de responsabilité proposé par le président".

Interrogée sur les mesures qu'elle préconise pour réformer ce régime, elle a mentionné "le plafonnement du cumul possible entre des rémunérations d'activité et des indemnités du chômage" demandé par les entrepreneurs des professions culturelles. Elle s'est par contre opposée à un relèvement du nombre d'heures pour toucher les indemnités, estimant que cela pénaliserait "ceux qui sont déjà les plus précaires".

Elle a déclaré ne pas vouloir en dire plus "car les discussions entre les partenaires sociaux doivent durer jusqu'au 13 mars. Je demande juste au Medef d'examiner les propositions faites par ces entrepreneurs".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !