Exportation de vaccin AstraZeneca vers l'Australie bloquée par l'Italie : la France soutient la mesure, l'Australie la comprend | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Agnès Pannier-Runacher
Agnès Pannier-Runacher
©Capture d'écran Europe 1

Coronavirus

Exportation de vaccin AstraZeneca vers l'Australie bloquée par l'Italie : la France soutient la mesure, l'Australie la comprend

Le gouvernement Draghi a utilisé un mécanisme européen pour faire pression sur le laboratoire qui a accumulé les retards de livraison

L'Italie a bloqué l'exportation vers l'Australie de 250.000 doses du vaccin d'AstraZeneca fabriquées en Italie. Le gouverement entend ainsi protester contre les retards de livraison du laboratoire britannique.

L'Italie a enregistré plus de 18.600 nouveaux cas quotidiens, en moyenne, la semaine dernière, et 286 décès, tandis que l'Australie ne dénombre qu'une poignée de cas et aucun décès note Le Figaro.

Ministre en charge de la logistique des vaccins, Agnès Pannier-Runacher a salué vendredi, au micro d'Europe 1, le blocage par Rome d'une exportation de doses du vaccin d'AstraZeneca vers l'Australie, alors que ce laboratoire n'a pas été en mesure de respecter le contrat conclu avec l'UE.

Parlat de l'exportation de 250.000 doses le secrétaire d'État chargé des affaires européennes, Clément Beaune a déclaré sur RTL «Si on estime que ça peut nous pénaliser, nous bloquons, nous les gardons. C'est ce qu'a fait l'Italie. Je crois en l'occurrence qu'elle a bien fait».

En Australie, le Premier ministre Scott Morrison a adopté un ton conciliateur : «En Italie, les gens meurent au rythme de 300 par jour. Je peux donc comprendre le niveau élevé d'inquiétude qui existe en Italie et dans de nombreux pays d'Europe» (...)  «Ils sont dans une situation de crise. Ce n'est pas le cas en Australie»

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !