Élections régionales : la droite et le FN en tête au coude-à-coude, la gauche loin derrière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
En vue des élections régionales, 92 % des électeurs qui avaient voté pour le FN lors de l'élection présidentielle de 2012 restent fidèles à ce choix.
En vue des élections régionales, 92 % des électeurs qui avaient voté pour le FN lors de l'élection présidentielle de 2012 restent fidèles à ce choix.
©Reuters

Tendance

Élections régionales : la droite et le FN en tête au coude-à-coude, la gauche loin derrière

Sollicités sur leurs intentions de vote au premier tour, 28 % des Français interrogés se sont dits favorables aux listes du FN, soit un point de plus que celles des Républicains alliés à l'UDI et au MoDem (sondage TNS Sofres-Onepoint).

Moins de deux mois avant le premier tour des élections régionales, un sondage TNS Sofres-Onepoint publié ce jeudi soir pour Le Figaro, RTL et LCI dresse un tableau du rapport de force en les différentes formations politiques à travers l'hexagone. Premier enseignement de cette étude : si le Front national effectue toujours la course en tête, il est maintenant suivi de près par Les Républicains.

Sollicités sur leurs intentions de vote au premier tour, 28 % des Français interrogés se sont dits favorables aux listes du FN, soit un point de plus que celles des Républicains alliés à l'UDI et au MoDem (27 %). Arrive ensuite le Parti socialiste, avec 21 % d'opinions favorables, puis les listes des Verts avec 8 % et enfin celles du Front de gauche à 6 %. 

"Une lecture s'impose, celle que le tripartisme est désormais bien installé en France, avec un parti en forte dynamique: le FN" explique Emmanuel Rivière, directeur de l'unité stratégies d'opinion de TNS Sofres, cité par Le Figaro.

En vue des élections régionales, 92 % des électeurs qui avaient voté pour le FN lors de l'élection présidentielle de 2012 restent fidèles à ce choix. Ce chiffre tombe à 62 % pour François Hollande et à 67 % pour Nicolas Sarkozy.

"Dans ce cadre, tout l'enjeu du second tour sera celui des reports de voix (…) Tous les ingrédients d'un vote sanction sont réunis, de la difficulté d'aborder le premier tour à celle du rassemblement au second" commente Emmanuel Rivière.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !