Annonce de la Nasa : l'atmosphère de Mars emportée par des vents solaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La surface de Mars est violemment balayée par les vents solaires
La surface de Mars est violemment balayée par les vents solaires
©

Révélation

Annonce de la Nasa : l'atmosphère de Mars emportée par des vents solaires

Pour la Nasa, les conditions nécessaires à la vie sur Mars étaient réunies à l'origine. Cependant, le refroidissement de la planète et les vents solaires ont eu raison de son atmosphère.

L'évolution de la planète Mars est un des mystères qui intéresse le plus les scientifiques depuis les années 90. Récemment, une découverte majeure avait été faite concernant la présence de glace et peut-être d'eau liquide sous la surface de la planète rouge. "Mars est une planète froide et sèche aujourd'hui, que s'est-il passé ? Son atmosphère a-t-elle été solidifiée en roche ? Soufflée par les vents solaires ? La réponse, et je vais citer Bob Dylan : 'it's blowing in the wind' ", s'amuse Michael Meyer, l'homme qui dirige le programme d'exploration de Mars pour la Nasa.

La planète Mars antérieure à la disparition de son atmosphère ressemblait-elle à la Terre ? Y-a-t-il déjà eu de la vie sur Mars ? Pour la Nasa : "Les conditions étaient réunies aux premiers jours." Mais il y a environ 4 milliards d'années, la planète rouge a perdu son champ magnétique en refroidissant ce qui a entraîné la disparition de son atmosphère. "Contrairement à Mars, la Terre est donc protégée des vents solaires par son champ magnétique. Sur Mars, les vents solaires peuvent interagir avec l'atmosphère et les particules chargées emportent les ions sur leur passage", explique la Nasa.

La Terre est également, dans une moindre mesure, confrontée à ce phénomène. Mais pour que la Terre perde son champ magnétique, il faudrait que sa chaleur interne disparaisse. "Il n'y a pas à s'inquiéter pour l'atmosphère de la Terre", rassure la Nasa.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !