Rio-Paris : le commandant de bord n'était pas dans le cockpit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Rio-Paris : le commandant de bord n'était pas dans le cockpit
©

Enquête

Rio-Paris : le commandant de bord n'était pas dans le cockpit

AF 447: seuls les deux copilotes auraient été aux commandes de l'Airbus.

Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, l'enregistrement des conversations de l'équipage montrerait que le commandant de bord n'était pas dans le cockpit de l'Airbus au début de l'incident qui a conduit au crash du vol AF 447 Rio-Paris en 2009.

Selon Der Spiegel le décryptage en cours d'une des deux boites noires de l'appareil (celle qui enregistre les conversations), montrerait que le commandant de bord serait revenu et aurait donné des instructions aux deux copilotes, de l'appareil. Une absence logique, le commandant étant amené à aller dormir pendant ce vol longue distance. Mais cette information n'a pas été confirmée par les enquêteurs français qui n'ont pas encore rendu leur rapport officiel.

Les pilotes d'Air France "rappellent qu'il est tout à fait réglementaire sur un équipage à trois membres que l'un des pilotes aille se reposer. Le document réglementaire «Gen Ops» (généralités opérationnelles) d'Air France prévoit d'ailleurs la possibilité d'un repos du commandant de bord hors du cockpit" souligne Le Figaro.

"Le dernier contact radio de l'AF 447 avec le centre de contrôle brésilien de Recife a eu lieu, la nuit de l'accident, à 1 h 35 (TU). Selon nos informations, le BEA a pu identifier la voix du commandant de bord, Marc Dubois, qui était alors encore dans le cockpit. La catastrophe a débuté 35 minutes plus tard, à 2 h 10. Le pilote d'Air France aurait donc quitté le cockpit au plus mauvais moment." écrit Le Figaro

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !