Tous égaux et libres à la préhistoire ? Un mythe construit sur l'étude anthropologique à laquelle tout le monde a eu envie de croire depuis 50 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Des peintures rupestres vieilles de 13.000 ans dans la grotte de Niaux, en Ariège.
Des peintures rupestres vieilles de 13.000 ans dans la grotte de Niaux, en Ariège.
©REMY GABALDA / AFP

Pas si simple

Tous égaux et libres à la préhistoire ? Un mythe construit sur l'étude anthropologique à laquelle tout le monde a eu envie de croire depuis 50 ans

L'étude des dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs nous a incité à croire que les organisations humaines préhistoriques devaient y ressembler. Mais les dernières recherches archéologiques tendent à montrer l'inverse.

Manvir Singh

Manvir Singh

Manvir Singh est anthropologue et chercheur post-doctoral à l'Institut d'études avancées de Toulouse (IAST).

Voir la bio »

Atlantico : L'idée que nos ancêtres préhistoriques vivaient dans des sociétés égalitaires est très répandue dans la communauté scientifique. Comment l'expliquez-vous ? L'étude du Kung par DeVore et Lee aurait-elle vraiment pu façonner toute la compréhension des sociétés préhistoriques pendant des décennies ?

Manvir Singh : L'idée que les humains évoluaient en bandes mobiles et égalitaires est devenue très populaire, je pense, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, de nombreux chasseurs-cueilleurs récents semblaient vivre en petites bandes mobiles. C'était particulièrement vrai pour les chasseurs-cueilleurs africains, tels que les Kung et les Hadza. Je ne pense pas que l'étude sur les Kung soit la seule responsable de la popularité du modèle mobile et égalitaire, mais je pense qu'elle a rendu l'idée particulièrement convaincante. Les Kung, croyait-on, vivaient dans le milieu dans lequel nos ancêtres avaient évolué (Afrique australe), et ils semblaient vivre comme des chasseurs-cueilleurs indépendants. Si un groupe pouvait être un exemple de ce qu'était la préhistoire humaine, les scientifiques se sont dit que ce devait être eux.

Une autre raison pour laquelle je pense que le modèle mobile et égalitaire est devenu si populaire est qu'il correspond à nos intuitions folkloriques sur l'évolution de l'histoire humaine. Dans un article publié récemment, je parle de "l'orgueil de la modernité" – la tendance à sous-estimer la sophistication des gens du passé et à surestimer la nôtre. Il est facile de penser que les sociétés humaines sont passées de petites et simples à grandes et complexes. Ainsi, lorsque les anthropologues ont étudié les sociétés du monde, ils ont rapidement affirmé que les sociétés qui semblaient les plus "simples" - celles qui ont de petites populations et peu de culture matérielle, qui s'avèrent aussi être souvent mobiles et égalitaires - étaient les meilleurs exemples des sociétés passées, tandis que celles qui semblaient "complexes" - celles qui ont de grandes populations, une culture matérielle importante et une hiérarchie - représentent les sociétés "plus tardives".

Dans votre article, vous soutenez l'idée que toutes les premières sociétés humaines n'étaient pas des petits groupes égalitaires, mais plutôt des sociétés sédentaires et hiérarchiques, contrairement à ce que l'on croit généralement. Comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion ?

Il y a plusieurs raisons de penser que toutes les sociétés humaines primitives n'étaient pas des groupes égalitaires à petite échelle. En voici quelques-unes parmi les plus importantes :

a) Beaucoup des groupes modernes de chasseurs-cueilleurs que nous utilisons comme modèles pour la préhistoire (par exemple, les Kung) vivaient dans des environnements particulièrement rudes ou marginaux (par exemple, le désert du Kalahari). C'est en partie parce que les meilleurs lieu d'habitation pour l'homme ont été utilisés par les sociétés agricoles. Mais on s'attendrait à ce qu'avant la révolution néolithique, les chasseurs-cueilleurs aient vécu dans une diversité d'habitats, comprenant à la fois des habitats rudes/marginaux et des habitats riches/productifs. Le modèle nomadico-égalitaire est donc en partie biaisé par le fait que les chasseurs-cueilleurs récents ont été poussés vers des environnements peu accueillants.

b) Nous apprenons de plus en plus que les chasseurs-cueilleurs qui vivent dans des environnements où les ressources sont denses et prévisibles construisent des sociétés sédentaires (ou du moins beaucoup moins mobiles) et souvent beaucoup plus grandes et hiérarchisées que les groupes égalitaires mobiles qui vivent dans des environnements difficiles. Historiquement, les exemples classiques ont été les peuples indigènes sur les côtes du Pacifique au nord-ouest de l'Amérique du Nord, bien que nous sachions maintenant que les chasseurs-cueilleurs sédentaires (et souvent non égalitaires) vivaient dans des environnements riches partout dans le monde, comme la côte sud de la Chine, le Japon, la Floride, le Brésil côtier, le Pérou, la Californie et la vallée du Nil. Si les chasseurs-cueilleurs préhistoriques vivaient dans des environnements aussi abondants en ressources - ce que les preuves archéologiques suggèrent – alors il est logique qu'ils aient également été des sociétés plus grandes, plus sédentaires et plus inégalitaires.

Cela devrait-il nous obliger à réévaluer nos comportements actuels ? Sommes-nous, après tout, plus profondément attachés par nature aux sociétés hiérarchisées que nous le pensions ?

Il existe une idée populaire selon laquelle notre psychologie est adaptée à la vie en petites bandes égalitaires. Elle nous renseigne sur la façon dont les gens pensent aux origines de nombreux comportements, comme la moralité, la coopération et l'équité. Donc, oui, je pense que nous devrions repenser les origines de beaucoup de nos comportements. Il est pratique et réconfortant de penser que les humains se sont développés en petites bandes égalitaires composées principalement de membres de la famille, mais je pense qu'il est plus logique de penser que le comportement humain est beaucoup plus flexible - adapté non seulement aux petits groupes égalitaires mais aussi à une diversité de conditions sociales, y compris les arrangements hiérarchiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !