Onze fois plus grosse que Jupiter : une gigantesque planète découverte dans l'orbite la plus lointaine jamais observée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Onze fois plus grosse que Jupiter : une gigantesque planète découverte dans l'orbite la plus lointaine jamais observée
©

Les mystères de l'univers

Onze fois plus grosse que Jupiter : une gigantesque planète découverte dans l'orbite la plus lointaine jamais observée

Découverte dans l'orbite la plus éloignée jamais observée, une nouvelle planète a été découverte.

Il existe donc plus gros que Jupiter. Une exoplanète baptisée HD 106906 b, a été découverte dans l'orbite la plus éloignée jamais observée. HD 106906 b est onze fois plus massive que Jupiter et tourne en orbite autour d'une étoile 650 fois plus éloignée d'elle que la Terre du Soleil. Cette situation soulève de nombreuses interrogations au sein de la communauté scientifique. Selon Vanessa Bailey, principale auteur de l'étude, "ce système est particulièrement fascinant parce qu'aucun modèle de formation de planète ou d'étoile explique pleinement ce que nous voyons".

"Dans les théories sur la formation des planètes les plus communément admises, on pense que les planètes qui orbitent près de leur étoile mère, comme la Terre, ont commencé comme des petits corps de type astéroïde qui se sont agglutinés au sein d'un disque de gaz et de poussières autour de l'étoile en plein essor. Pourtant, ce processus fonctionne trop lentement pour expliquer comment les planètes géantes se forment loin de leur étoile", explique cette étudiante diplômée de cinquième année à l'Université de l'Arizona.

Selon Vanessa Bailey, l'une des hypothèses consiste à penser que les planètes géantes se forment à la manière de mini-systèmes d'étoiles binaires : "Un système d'étoile binaire peut être formé lorsque deux nuages de gaz explosent plus ou moins indépendamment pour former des étoiles, et lorsque ces étoiles sont suffisamment proches les unes des autres pour exercer une attraction mutuelle et les réunir au sein d'un même orbite". Mais dans le cas du système HD 106906, les matériaux agglomérés étaient a priori insuffisants pour former une nouvelle étoile.

HD 106906 b daterait d'il y a seulement 13 millions d'années et "son éclat est dû à la chaleur résiduelle de sa formation", selon les chercheurs. A titre de comparaison, la Terre s'est formée il y a 4,5 milliards d'années, soit 350 fois plus que cette exoplanète. Les scientifiques considèrent qu'il faut étudier HD 106906 b au plus vite, le surplus de matériaux lié à sa formation pouvant encore être détecté. "Des systèmes comme celui-ci , pour lesquels nous disposons de plus d'informations sur l'environnement dans lequel la planète réside, ont le potentiel pour nous aider à démêler les divers modèles de formation, estime Vanessa Bailey . Les futures observations du mouvement orbital de la planète et des débris du disque de l'étoile primaire peuvent nous aider".

L'étude de l'équipe dirigée par Vanessa Bailey paraîtra dans le prochain numéro de The Astrophysical Journal Letters et pourrait conduire à terme à une meilleure compréhension des exoplanètes situées dans des orbites lointaines. "Chaque nouvelle planète détectée directement améliore notre compréhension de où et comment les planètes peuvent se former, affirme Tiffany Meshkat, une étudiante diplômée de l'Observatoire de Leiden (Pays-Bas) et co-directrice de l'étude. Les découvertes liées à HD 106906 b nous fournissent une compréhension plus profonde de la diversité des autres systèmes planétaires".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !