Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Une jeune femme apparaît sur un écran de téléphone portable alors qu'elle pose lors d'une séance photo pour créer du contenu pour son profil OnlyFans à Caracas, en décembre 2020.
©CRISTIAN HERNANDEZ / AFP

Appât du gain

OnlyFans : alerte à la manipulation de masse ?

OnlyFans est un site Internet payant sur lequel des femmes principalement créent et vendent du contenu pour adultes. Ce site prétend être méritocratique, sans risque et permettant de devenir riche rapidement. La réalité ne serait pas si idyllique.

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Anthony Poncier est Docteur en Histoire, membre du collectif Réenchanter Internet et expert en transformation digitale et en stratégies collaboratives. En cette qualité, il accompagne les entreprises dans la conception de leurs stratégies médias sociaux, ainsi que dans la création de leurs réseaux internes.

Voir la bio »

Atlantico : Onlyfans se présente comme étant un medium permettant de manière relativement méritocratique (qui a le meilleur contenu gagne le plus d’argent), sécurisée (les vidéos accessibles sur la plateformes ne le sont qu’aux personnes qui s’y sont abonnées) de gagner de l’argent rapidement en diffusant des photos ou videos de soi, allant de la musique à la pornographie, qu’en est-il dans la réalité ? 

Anthony Poncier : Il y a deux choses à voir là. Dans un premier lieu il faut savoir que toutes les plateformes sur internet cherchent à monétiser leur contenu avec des influenceurs, comme on a pu le voir par le biais des micropaiements sur clubhouse, les futurs superfollowers sur twitter. Deux modèles sont en train d’émerger, avec en premier lieu des systèmes d’abonnements, à la Netflix, C’est ce que proposent d’ailleurs de nombreux artistes, comme Pascal Obispo en France par exemple, qui a mis en place une plateforme sur laquelle ses abonnées peuvent retrouver certains contenus uniques réservés aux abonnés ; c’est un peu le même système que pour Onlyfans, qui d’ailleurs à l’origine était une plateforme qui s’adresait surtout aux stars pour pouvoir monétiser leur audience contre des contenus exclusifs. C’est le même système que celui des pourboires, des tips sur d’autres plateformes et en cela onlyfans diffère assez peu. Après, comme sur l’ensemble de ces plateformes, il y a les personnes qui en font un métier à part entière – ce sont souvent par ailleurs des personnes qui ont déjà une renommée et une communauté-, qui sont rares, et l’immense majorité qui ne peut- pas en vivre. 

Quant à Onlyfans, comme l’indique la règle 34 « Si quelque chose existe, il y a du porno à ce sujet », et la plateforme s’est donc vu devenir un haut lieu de la pornographie virtuelle, qui a été encore amplifiée durant les confinements successifs pour les travailleurs du sexe qui ont vu en cet outil un moyen de prolonger leur activité.

L’attrait du site repose sur la facilité d’accumuler des gains, qu’en est-il réellement, quels sont les profits réels des utilisateurs moyens ? Quels sont les risques de cette exposition de soi sur internet, le jeu en vaut-il la chandelle ?

À Lire Aussi

Instagram serait le réseau social le plus dommageable pour la santé mentale. Mais YouTube peut vous faire du bien

Si certains affirment gagner des millions, l’immense majorité gagne moins de $145 par mois, mais cela dépend évidemment de la nature des comptes inscrits. Onlyfans n’est donc pas si différente que cela des autres plateformes laissant miroiter à des aspirants influenceurs la richesse et la gloire. La seule différence est qu’Onlyfans autorise des vidéos et photos à caractère sexuel, au contraire de Twitch, Instagram, Facebook, même si l’on observe des modérations légères du côté de la plateforme, comme l’interdiction récente de montrer des actions de sexe dans des lieux publics sur Onlyfans. 

Quant à la sécurisation d’Onlyfans, il est clair que rien n’est totalement sécurisé sur ces media sociaux, en témoignent les récents problèmes de LinkedIn ou de ClubHouse, même si les données étaient publiques. Si quiconque souhaite d’une manière ou d’une autre prendre une capture d’écran ou une photo/vidéo par un autre appareil et la publier sur un autre site en libre accès, sans paiement requis, la discrétion éventuellement recherchée par la personne, sans parler de sa rémunération, sont absolument sapées par cela. Dans les années 1970, on revendiquait de la part de certaines actrices pornographiques une réappropriation de son corps par la pornographie. Onlyfans aujourd’hui pour certaines personnes il y a une revendication similaire, à la distinction que les acteurs pornographiques ont l’assurance dans une certaine mesure d’un salaire garanti, alors que ce n’est pas le cas concernant Onlyfans, bien que l’engagement de l’image puisse être similaire en ce qu’il est création de contenu mettant en jeu son corps. Les plus jeunes qui se disent qu’onlyfans sera de l’argent facile se leurrent et si leur ambition est de dire qu’ils vont faire de l’argent rapidement et facilement, c’est tout autant une illusion que ceux qu’ils se disent qu’ils vont devenir youtubeurs ou instagrammeurs célèbres.

Onlyfans comme ces autres plateformes font miroiter à leurs utilisateurs des choses qui ont peu de chances d’arriver et comme malheureusement, il y a de plus en plus de personnes dont le quotidien est difficile qui se laissent charmer par cette idée. 

De nombreuses personnalités telles Cardi B utilisent la plateforme pour faire leur promotion musicale, Beyoncé la mentionne dans une chanson, peut-on craindre que cette normalisation auprès d’une génération entière de la plateforme l’expose toute entière aux risques précédemment évoqués ?

À Lire Aussi

Vous trouvez les animaux exotiques adorables sur Instagram ? Attention, cela leur porte vraisemblablement préjudice
La part de pornographie et de contenu sexuel sur la plateforme s’est accrue durant la pandémie, et la question qui demeure reste celle de savoir si les célébrités qui y sont à des fins purement artistiques vont y rester, ou plutôt comme avait pu le faire dans le domaine purement musical l’époux de Beyoncé, s’ils vont créer à leur tour leurs plateformes pour s’en séparer. Car la question même de la tolérance sur les réseaux plus « classiques » tels instagram ou facebook d’une certaine portion de nudité peut les amener à rester sur ces plateformes en fonction de leur univers esthétique ou artistique, ou alors considérer que cela nuira à leur image. Ces plateformes propres permettraient ainsi via des formules d’abonnement de préserver l’unité de leur univers artistique tout en gardant le même système d’abonnement qui semble fonctionner à l’heure actuelle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !