"La fin du jour" de Bill Clegg : une histoire d’amitié trahie et de secrets. Un roman tout en subtilité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La fin du jour" de Bill Clegg est à retrouver aux éditions Gallimard.
"La fin du jour" de Bill Clegg est à retrouver aux éditions Gallimard.
©

Atlanti-Culture

"La fin du jour" de Bill Clegg : une histoire d’amitié trahie et de secrets. Un roman tout en subtilité

"La fin du jour" de Bill Clegg a été publié aux éditions Gallimard.

Elisabeth Autet pour Culture-Tops

Elisabeth Autet pour Culture-Tops

Elisabeth Autet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"La fin du jour" 

De Bill Clegg

Gallimard

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hélène Papot

Parution le 3 février 2022

399 pages

23 €



Notre recommandation : EXCELLENT



THÈME

Non loin de New-York, un petit village et un manoir appartenant à la riche famille de Dana Ross. Dana et son amie Jackie sont les personnages principaux de ce roman mais il y a aussi Floyd, Lupita, Alice, Hap… 

Un jour Dana revient pour parler à Jackie : cela fait 50 ans qu’elles sont fâchées. Toutes deux étaient inséparables, l’une riche mais esseulée, l’autre de milieu plus modeste. Elles ont 8 ans lorsqu’elles se rencontrent. Toujours complices, pleines de fous rires, elles se retrouvent chaque week-end à Edgeweather, la propriété des Ross.

La vie les a séparées, jeunes filles pleines de vie ! Jackie a épousé Floyd, fermier des environs dont elle était amoureuse. Dana a eu une existence chaotique, couchant avec des hommes, des femmes.

Au centre de leur histoire, Lupita, fille des domestiques mexicains de la famille Ross. Elle est au lycée, aide parfois ses parents. A la suite d’une grossesse non voulue (un viol que nous, lecteurs, savons), elle a abandonné l’enfant et a refait sa vie à Hawaï. Au bout de tant d’années, elle sait que son secret va être révélé.

Alice, jeune étudiante, proche de Mme Beach professeur d’université, et tante de Dana, a un fils, Hap, qui ne sait pas qu’il est adopté. Devenu père d’une petite-fille depuis quelques heures, il est perturbé car il vient de perdre son père « biologique » qu’il a peu vu. Toute une histoire dans l’histoire ! Hap a reçu de Dana une mallette pleine de souvenirs et de papiers révélant son identité.

POINTS FORTS

- Chaque personnage se raconte par chapitres alternés, apportant ainsi son histoire tant au passé qu’au présent. Et pourtant l’auteur a choisi une unité de temps : une seule journée pour raconter toutes ces vies.

- Il y a une grande précision dans la description des lieux, des événements. L’auteur manie impeccablement tous les fils qui relient les personnages entre eux pour arriver à la solution finale.

QUELQUES RÉSERVES

Avec autant de personnages principaux, d’autres plus annexes et des vies si mouvementées, il est parfois difficile de suivre l’histoire et l’on se sent ballotté jusqu’à la solution finale.

ENCORE UN MOT...

 Au fil de la lecture, nous sommes plongés dans les dissimulations, les mensonges mais aussi les révélations de cette histoire d’amitié rompue. Il est facile de découvrir qu’il y a un secret et ce secret influence la vie de tous ces personnages. Faut-il tout dire, tout avouer ? Peut-on pardonner après tant d’années de brouille, de mensonges ?

UNE PHRASE

«  À son visage et à sa voix, Dana avait reconnu en Jackie un être comme elle n’en avait jamais encore rencontré, pas de son âge, en tout cas. Une fille épatante, franche sans être méchante.(...) Dana entend encore Jackie raconter que sa mère lui avait recommandé de ne pas trop s’attacher à Dana et à sa famille, et de l’informer immédiatement si quoi que ce soit se produisait à Edgeweather. » (p. 36)

« Tant de choses dans l’existence d’Alice relevaient de coïncidences et d’accidents que la notion de destin prédéterminé était difficile à admettre. L’idée de n'être pour rien dans ce qu’elle vivait l’offensait. Pourtant, elle savait que l’arrivée ou le départ de quelqu’un peut modifier la trajectoire d’une existence. » (p.121/122)

« Le fleuve s’élargit. Le navire file. Il n’y a plus que l’océan illimité et accueillant (...). Elle est redevenue un fille, les yeux plissés à cause du vent, de l’eau, et quelqu'un est près d’elle. » (p. 399)

L'AUTEUR

Bill Clegg est agent littéraire à New-York. Auteur de deux récits autobiographiques publiés aux Éditions Jacqueline Chambon (Portrait d’un fumeur de crack en jeune homme et Récit d’une guérison), il écrit pour divers journaux. Un premier roman, Et toi, tu as eu une famille ?, est paru en 2016 aux Éditions Gallimard.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !