Gouvernance et intelligence économique en PME : Internet, un lieu incontournable du "personal branding" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Gouvernance et intelligence économique en PME : Internet, un lieu incontournable du "personal branding"
©

Bonnes feuilles

Gouvernance et intelligence économique en PME : Internet, un lieu incontournable du "personal branding"

L'intelligence économique est devenue un mode de gestion et de gouvernance de l'entreprise. Cet ouvrage réfléchit sur la démarche que le chef d'entreprise peut entreprendre pour éclairer ses décisions, garder sa marge de manœuvre de compétitivité et toutes ses possibilités de développement afin de sécuriser sa pérennité. Extraits de "Gouvernance et intelligence économique en PME" de Daniel Corfmat et Georges Nurdin, aux éditions L'Harmattan 1/2

Georges  Nurdin

Georges Nurdin

Georges Nurdin est docteur ès sciences économiques. Administrateur de l'ADAE, il a exercé le management pendant plus de trente ans sur les 5 continents en tant que Directeur Général et Président de Conseil d'administration, après avoir été expert auprès des Nations Unies, puis directeur de Paris School of Business et chargé d'enseignement à HEC Executive Education et ESCP Europe.

Voir la bio »
Daniel Corfmat

Daniel Corfmat

Daniel Corfmat est le président de I'ADAE. (Association des Dirigeants & Administrateurs d'Entreprises). Il est l'auteur de nombreux livres aux éditions L'Harmattan dont "Code de gouvernance des entreprises moyennes françaises" (2014).

Voir la bio »

Influence et contre influence

Dans un monde rapide et hyper compétitif, les stratégies d'espionnage industriel d'autrefois cèdent la place aux stratégies d'information (ex : l'influence et le lobbying) et de désinformation (ex : la contre influence).

Dans un environnement de guerre économique de plus en plus offensif ou les concurrents cherchent à influencer les acteurs économiques, l'entreprise doit chercher les moyens pour contraindre et déstabiliser ses concurrents (cadre opératif), convaincre ses donneurs d'ordre (cadre tactique), séduire et influencer son environnement économique (cadre stratégique).

Comme le disait Christian Harbulot, Directeur à l’école de guerre économique : « élaborer une stratégie d'influence, c'est arriver à faire partager des croyances sans que la cible n'en ait conscience ! » (par des vecteurs/médias directs et indirects).

L'influence

L'entreprise doit avoir une stratégie d'influence avec une vision de l’évolution de son positionnement sur le long terme.

Les stratégies d'influence sur Internet et/ou par les réseaux deviennent un véritable enjeu de pilotage et de gouvernance des entreprises.

Un système d'intelligence économique efficace ne peut être dissocié d’une stratégie de lobbying, d'influence et de contre influence visant à sensibiliser, séduire et convaincre les acteurs économiques de son écosystème. La valeur de l'entreprise en dépend.

La contre influence

Avec la mondialisation et la montée en puissance de la société de l'information, les actes de prédation et de concurrence déloyale sont appelés à se développer.

Lorsqu'on est attaqué sur un sujet lié à l'information économique ou stratégique, il est souvent trop tard pour riposter efficacement. Il faut anticiper et riposter en amont.

L'image, la communication publique, l’e-réputation

L'image, le marketing, la communication, et la réputation, sont aujourd'hui des facteurs de compétitivité qui contribuent à la valeur de l'entreprise. A ce titre, ces facteurs font partie de l'intelligence économique, et doivent être gouvernés par le dirigeant d'entreprise.

Les entreprises et les individus utilisent Internet et les réseaux sociaux comme un lieu de promotion de leur e-réputation, d'émancipation de leur moi virtuel. On va chercher l’information et on la crée directement sur le web. On cherche à passer du système d’information au système d’interaction.

L'important, ce n’est plus l’information en tant que telle. 90% de l'information recherchée est disponible. L'important c'est l'information échangée et la cohésion qui en résulte. La question de l'appropriation de l'information devient centrale. L'entreprise doit pouvoir se défendre contre toute attaque malveillante concernant son activité et sa réputation, en anticipant la stratégie de ses concurrents

L'intelligence des réseaux vise à améliorer la connaissance et la qualité des informations et des relations relatives aux réseaux de personnes physiques, morales, virtuelles, etc. Elle implique d'être capable de les identifier, les cibler, de comprendre leurs stratégies, leurs fonctionnements, leurs capacités, leur finalité, leurs rapprochements, etc.

Intelligence des risques et gestion de crise

Une forme d’intelligence économique est l'intelligence des risques. Il est donc pertinent de mettre en oeuvre une démarche d'intelligence économique basée sur la gestion des risques pour protéger et valoriser les actifs de l'entreprise dans le temps.

L'intelligence des risques, pour prévenir les crises, plutôt que les gérer…

Savoir pour prévoir, implique de pouvoir transformer les données en information, l’information en connaissance pour éclairer les prises de décision de manière avisée, et pour être en mesure d'agir de façon proactive, active, et réactive.

Les études montrent qu'il y a un petit nombre de mécanismes extrêmement importants pour répondre à une crise avant, pendant, et après sa survenance.

Extraits de "Gouvernance et intelligence économique en PME" de Daniel Corfmat et Georges Nurdin, publié aux éditions L'Harmattan, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !