De la médecine aux industries de pointe, les Google Glasses ne sont pas les gadgets qu’on imagine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des chirurgiens américains et espagnols ont testé en avant-première la retransmission d'actes chirurgicaux en direct sur Internet par les Google Glass.
Des chirurgiens américains et espagnols ont testé en avant-première la retransmission d'actes chirurgicaux en direct sur Internet par les Google Glass.
©Reuters

Futile utile

De la médecine aux industries de pointe, les Google Glasses ne sont pas les gadgets qu’on imagine

Des chirurgiens, américains et espagnols, ont testé en avant-première la retransmission d'actes chirurgicaux en direct sur Internet par les Google Glass. Bien au-delà du simple accessoire, elles pourraient se révéler dans certains secteurs être un outil révolutionnaire.

Jérôme Colombain

Jérôme Colombain

Jérôme Colombain est journaliste sur France Info, spécialisé dans les nouvelles technologies.

Il est également le co-fondateur de la Chaîne Techno aux côtés de François Sorel, émission en ligne dédiée à l'actualité hi-tech.

Voir la bio »

Atlantico : Des chirurgiens, américain et espagnol, ont testé pour la première fois la retransmission d'actes chirurgicaux filmés par les lunettes connectées de Google. Les Google Glass sont-elles vouées à devenir un véritable auxiliaire au service de la médecine ? Est-ce une hypothèse crédible ou bien resteront-elles seulement utilisées de façon marginale dans le domaine médical ? 

Jérôme Colombain : C'est typiquement le genre d'applications auxquelles on n'avait pas pensé au départ mais qui pourraient voir le jour avec des lunettes connectées. Dans l'expérience que vous évoquez, les chirurgiens ont utilisé la capacité de captation vidéo pour filmer des opérations et diffuser les images en direct sur Internet à des fins pédagogiques. En fait, c'est juste comme s'ils avaient une petite caméra fixée sur le front. C'est l'une des applications possibles mais ce n'est pas la seule. En effet, n'oublions pas que les Google Glass ont une autre fonction, encore plus novatrice, qui est l'affichage d'informations devant le regard de la personne qui les porte à l'aide d'un minuscule écran intégré. On pourrait donc très bien imaginer que des chirurgiens utilisent cette fonctionnalité, par exemple, pour surveiller en temps réel l’électrocardiogramme d'un patient ou toutes autres données en cours d'intervention sans avoir à lever les yeux pour regarder des écrans de contrôle comme ils le font aujourd'hui. Cela dit, pour les avoir essayées, je peux vous dire que les Google Glass sont un peu déroutantes au début car il faut sans cesse accommoder sa vue entre la vision normale vers l'extérieur et la vision de près sur l'écran vidéo mais c'est néanmoins très prometteur. 

Outre la médecine, dans quels autres secteur "sérieux" vont-elles se développer ? Pour quels corps de métiers peut-on envisager une réelle utilité à ces lunettes connectées ? 

Jérôme Colombain : Il est impossible d'imaginer tous les champs d'action de cette innovation : médecine mais aussi armée, police, journalisme, sport, industrie, architecture... En fait, tous les métiers qui nécessitent, soit, de prendre des photos ou des vidéos, soit, de consulter des informations sur un écran sont potentiellement concernés. Par exemple, cela pourrait servir à un pilote automobile pour avoir tout le temps devant les yeux des informations techniques sans les baisser. En ce qui concerne le journalisme, je crois que tous les reporters devraient se ruer sur ces lunettes qui seront un formidable outil de prise de vue dans de très nombreuses situations.

Dans ces secteurs, quelles seront leurs applications principales ? 

Jérôme Colombain : La première application est donc la possibilité de prendre des photos et des vidéos facilement tout en conservant les mains libres. Malheureusement, dans sa version standard, la paire de lunettes de Google ne peut enregistrer que quelques minutes de vidéo. La seconde application qui permet de consulter des informations lorsque l'on porte les lunettes me semble encore plus prometteuse. Cela évite, par exemple, d'avoir à sortir son smartphone de sa poche ce qui est plus pratique et aussi plus discret dans certaines situations. Dans le futur, on peut imaginer que les lunettes soient directement connectées à des bases de données, par exemple, pour les militaires ou les policiers. Je suis sûr que d'autres applications auxquelles on n'a pas encore songé verront le jour. 

Quels sont les risques à tout miser sur la technologie dans des secteurs à hauts risques tels que, par exemple, la médecine ou la sécurité ?

Jérôme Colombain : Toute nouveauté technologique un peu "disruptive" fait peur. Pourtant, si l'on y réfléchit bien, les Google Glasses sont un truc assez simple : il s'agit juste d'une petite caméra pour filmer sans les mains et d'un petit écran qui évite d'avoir à en regarder un autre plus grand. Rien de fondamentalement extraordinaire. L'intelligence de Google est juste d'avoir rassemblé tout cela en un produit miniaturisé et ergonomique (sauf pour les porteurs de lunettes de vues qui ne peuvent pas vraiment utiliser les Google Glasses). En matière d'espionnage, les services secrets ou les reporters d'investigation n'ont n'a pas attendu Google pour utiliser des lunettes dissimulant des mini-caméras. Quant aux risques de piratage, ils sont inhérents à toutes les technologies numériques mais, heureusement, cela ne nous empêche pas de vivre ni de faire des choses formidables avec ces outils !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !