"Squid Game" de Hwang Dong-hyeok : Mélodie mortelle en sous-sol | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Squid Game" de Hwang Dong-hyeok est à découvrir sur Netflix.
"Squid Game" de Hwang Dong-hyeok est à découvrir sur Netflix.
©

Atlanti-Culture

"Squid Game" de Hwang Dong-hyeok : Mélodie mortelle en sous-sol

"Squid Game" de Hwang Dong-hyeok est à découvrir sur Netflix.

Claude Carrière

Claude Carrière

Claude Carrière est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »
"Squid Game" de Hwang Dong-hyeok
De Hwang Dong-hyeok
Série sud-coréenne
Sur NETFLIX : 1 saison 9 x (32-62’)
17 septembre 2021
Avec : Lee Jung-jae, Park Hae-soo, Oh Yeong-su Jung…
Notre recommandation : EXCELLENT 

THÈME

Ce drame social ayant tous les ingrédients d’une télé-réalité va très vite en dépasser le cadre pour saisir le spectateur et l’amener au summum du diabolique.

On va faire miroiter à des misérables, criblés de dettes et incapables de s’en sortir la  possibilité de repartir à zéro. 

Comment ? Tout simplement en acceptant de jouer à des jeux qui permettront aux vainqueurs d’amasser une fortune colossale. 

La trame sur laquelle se construit cette fable satirique nous montre l’enchaînement de situations auxquelles vont être confrontés nos joueurs.

Le suspens règne en despote tout au long des 9 épisodes ; il en est d’autant plus prégnant et inquiétant que l’action « gore » se déroule dans un environnement à l’apparence enfantine (jeux présentés tels que « un, deux, trois, soleil », décor aseptisé pour le dortoir face aux couleurs basiques et acidulées des aires de jeux...) et donc innocente et rassurante.

Alors que l’histoire est complètement improbable, le spectateur se pose les questions en même temps que les joueurs, ce qui est troublant.

POINTS FORTS

-La réalisation et la direction artistique sont à couper le souffle : un travail de très haute couture, tant dans la construction intelligente des scenarii que dans les décors, (lumière, couleurs), la progression toujours plus ardue de l’histoire et la musique. Si celles de Mozart et de Strauss accompagnent de façon rituelle le démarrage d’une nouvelle journée ou l’entrée vers un nouveau jeu, elles en deviennent terrifiantes car sont le signe anticipé d’un humour macabre sans cesse renouvelé ; et quel sadisme quand elles laissent la place aux comptines enfantines qui n’en sont pas moins effrayantes!

-Mise en scène brillante avec une structure aboutie lors du déplacement des différents personnages habillés de leurs uniformes respectifs (rouge pour les «accompagnateurs / soldats », bleu-gris pour les joueurs)

-Comme d’autres séries coréennes déjà chroniqués sur Culture tops ( Vagabond,  Itaewon Class  et Navirella)  ce qui marque et qui est un trait de la fiction coréenne, c’est le temps laissé à l’installation de chacune des situations, sans jamais céder à la facilité; évitant raccourcis et ellipses, le temps devient un élément à part entière de la dramaturgie.

- Surtout regarder la version originale en coréen qui donne tout son sel à la série.

QUELQUES RÉSERVES

Certains diront que le thème du jeu exterminateur n’est pas original puisque déjà vu dans certains films tels Battle RoyaleHunger games… 

ENCORE UN MOT...

Quel prix seriez-vous prêt à payer pour sauver votre vie ?

C’est la question que vont se poser les joueurs ayant accepté de participer à Squid Game, qui dans une sorte de cours de récréation, vont passer d’un jeu d’élimination à un jeu d’extermination.

L'AUTEUR

Hwang Dong-hyeok a créé, écrit et réalisé cette série.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !