"Quand Flamboyait la Toison d'Or. Le Bon, le Téméraire, le Chancelier" : A Beaune, les chefs d'œuvre de la Bourgogne autour de trois grandes figures. Flamboyant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Quand Flamboyait la Toison d'Or. Le Bon, le Téméraire, le Chancelier" est une exposition à retrouver à Beaune jusqu'au 31 mars 2022
"Quand Flamboyait la Toison d'Or. Le Bon, le Téméraire, le Chancelier" est une exposition à retrouver à Beaune jusqu'au 31 mars 2022
©

Atlanti-Culture

"Quand Flamboyait la Toison d'Or. Le Bon, le Téméraire, le Chancelier" : A Beaune, les chefs d'œuvre de la Bourgogne autour de trois grandes figures. Flamboyant

"Quand Flamboyait la Toison d'Or. Le Bon, le Téméraire, le Chancelier" est une exposition à retrouver à Beaune.

Anne Jouffroy pour Culture-Tops

Anne Jouffroy pour Culture-Tops

Anne Jouffroy est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"Quand Flamboyait la Toison d'Or : Le Bon, le Téméraire, le Chancelier"

INFOS & RÉSERVATION

Sur 3 sites : Porte Marie de Bourgogne , Hospices de Beaune, Hôtel des Ducs de Bourgogne.
03 80 24 98 70
Ouverte tous les jours jusqu’au 31 mars 2022 de 10h à 13h et de 14h à 18h
Notre recommandation : EXCELLENT

THÈME

Quand la civilisation bourguignonne du XV° siècle flamboyait d'un éclat incomparable grâce au duc Philippe le Bon (1396-1476) fondateur en 1430 de l'Ordre de la Toison d'Or, à son fils le duc Charles le Téméraire ( 1433-1477) et au chancelier Nicolas Rolin (1376-1462), fondateur des Hospices de Beaune en 1443.

POINTS FORTS

Plus de 200 chefs-d'oeuvre de l'histoire de la Bourgogne venus des musées d'Europe (peinture, sculpture, orfèvrerie, tapisserie, mobilier, livres, manuscrits et archives) sont réunis pour la première fois dans trois lieux emblématiques de Beaune, la Capitale des Vins de Bourgogne : les Hospices de Beaune, l'Hôtel des Ducs de Bourgogne et la Porte Marie de Bourgogne. Ces trois lieux peuvent être visités indifféremment. 

Toutefois, par souci de chronologie historique, on conseillera l'ordre suivant : la Porte Marie de Bourgogne (la flamboyance de la Toison d'Or sous Philippe le Bon), les Hospices de Beaune avec son musée de l'Hôtel-Dieu ( la carrière du chancelier Rolin et son Hôpital des Pôvres) et l'Hôtel des Ducs de Bourgogne (ancien musée du vin et ancien Parlement de Bourgogne au cœur de l'épopée guerrière et du règne de Charles le Téméraire). 

Autour du célèbre polyptyque du Jugement dernier de Rogier Van der Weyden, des trésors internationaux sont exposés dans une scénographie qui permet de créer des résonances nouvelles autant en peinture qu’en sculpture. On y découvre la place centrale de l’art dans le rayonnement de la cour de Bourgogne et comment celle-ci devint un foyer artistique sans égal.

ENCORE UN MOT...

Pour cette  exposition internationale offrant un nouveau regard sur l’histoire et l’art burgondo-flamand des XIVème et XVème siècles, est édité un catalogue qui accompagne l’exposition afin d’en développer le propos et de conserver un témoignage de sa présentation. Cet ouvrage de 250 pages réunit une quarantaine de spécialistes français et internationaux de l’art et de l’histoire des états bourguignons.

UNE ILLUSTRATION

ET AUSSI

Concernant la Bourgogne et ses grands hommes, on peut lire sur notre site : 

Les Téméraires,  une chronique de Françoise Thibaut : "Une histoire sidérante" ! 

Charles le Téméraire, une chronique d'Isabelle de Larocque Latour  : " Une mise en perspective claire des origines du puzzle bourguignon"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !