"Monarca" de Diego Gutierrez : la mafia au pays de l’agave | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La série "Monarca" de Diego Gutierrez est à retrouver sur Netflix.
La série "Monarca" de Diego Gutierrez est à retrouver sur Netflix.
©

Atlanti Culture

"Monarca" de Diego Gutierrez : la mafia au pays de l’agave

La série "Monarca" de Diego Gutierrez est à retrouver sur Netflix.

Claude Carrière

Claude Carrière

Claude Carrière est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"Monarca" de Diego Gutierrez

Diffusion : NETFLIX : 2 saisons - Saison 1(2013) 10x43’ - Saison 2(Janvier 2021) 8x45’ - série mexicaine

Recommandation

ExcellentExcellent

Thème

Monarca est une saga et comme nombre d’entre elles, elle nous fait découvrir les liens qui se construisent ou se délitent au sein d’une même famille.

Oui, mais …l’originalité de la série s’inscrit dans un ailleurs qui nous embarque au Mexique, berceau de la « Familia » des Carranza, et surtout dans le tissage de ces liens qui va se compliquer et se sophistiquer puisque s’intriquant à celui du gouvernement mexicain et aussi du Cartel.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une saga politico-financière qui se déroule dans l’Hacienda des Carranza, dont la fortune s’est érigée sur 100 ans grâce à la production de Tequila. Si la beauté des champs d’agave ne peut que réjouir l’œil du spectateur en manque de nature, c’est aussi dans ces champs que corruption, coups bas et jalousies vont exploser et imprégner leur pupille sur les deux saisons de la série.

Points forts

- L’intrigue prend viscéralement le spectateur aux tripes 

- Les personnages, à l’image des poupées gigognes, loin d’être transparents, vont se révéler progressivement au fil de l’intrigue révélant ainsi toute leur profondeur 

- Belle musique du générique qui est une signature en elle-même.

- Dans cette période où même si le rayon des 10 kms va bientôt être levé, le voyage dans ces contrées d’Amérique sans geste barrière est une véritable évasion qui permet au cerveau de s’oxygéner 

Points faibles

- Quelques longueurs lors de la mise en place des 2 1ers épisodes, avant d’intégrer pleinement la famille.

En deux mots ...

A l’occasion du retour d’Ana Maria Carranza, qui avait fui le Mexique et sa famille 20 ans auparavant, on découvre et sa famille et son « univers impitoyable ».

C’est Fausto, le  patriarche, qui lui demande de revenir pour la nommer présidente du groupe familial, mettant de ce fait hors champ ses 2 fils, Joaquin et Andres ; son objectif affiché : « nettoyer » l’entreprise des divers pouvoirs qui l’empoisonnent.

Seulement…Fausto va disparaître et son projet avec lui ; on se retrouve en plein Shakespeare du roi Lear à Richard III ! Ana-Maria au caractère trempé et volontaire va faire face à une mère qui ne jure que par son fils Joaquin ; vous voilà, spectateur, entré dans une toile d’araignée aux fils entremêlés, et entraîné sur un chemin jalonné d’embûches, dans une lutte féroce et sans concession…

L'auteur

 Diego Gutierrez est un réalisateur, producteur et scénariste de certains épisodes TV/ séries (dont FBI : portés disparus )

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !