Un soldat américain reçoit la première greffe de pénis et de scrotum au monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un soldat américain reçoit la première greffe de pénis et de scrotum au monde
©Pixabay

Avancée médicale

Un soldat américain reçoit la première greffe de pénis et de scrotum au monde

Blessé dans une explosion en Afghanistan, il a été opéré pendant 14 heures et commence déjà à marcher, selon les médecins.

Il y a plusieurs années, il a été grièvement blessé dans une explosion en Afghanistan. Le 26 mars dernier, un soldat américain a reçu la première greffe de pénis et de scrotum (sans les testicules) au monde, selon le communiqué des médecins de l'université Johns-Hopkins, à Baltimore (Maryland). L'opération a duré environ 14 heures. Elle a été réalisée par neuf chirurgiens esthétiques et deux chirurgiens urologues. Moins d'un mois plus tard, l'homme peut marcher et devrait bientôt quitter l'hôpital, ont ajouté les médecins. De son côté, le soldat a expliqué dans un bref communiqué qu'après l'opération, il s'est "enfin senti plus normal".

L'homme avait aussi perdu ses testicules, mais les médecins ne lui en ont pas greffé de nouveaux. "Les testicules n'ont pas été greffés parce que nous avions pris la décision, en amont du programme, de ne pas greffer de tissu germinal, c'est à dire de ne pas transplanter de tissu qui produise du sperme parce que cela soulèverait un certain nombre de questions éthiques", a déclaré un chirurgien plastique de l'université Johns-Hopkins, Damon Cooney. Car "la capacité du bénéficiaire de la greffe à avoir des enfants résulterait en la transmission du matériel génétique du donneur (...) aux enfants de la personne greffée", a-t-il précisé. "Nous sommes optimistes sur le fait qu'il retrouvera des fonctions sexuelles et urinaires presque normales", a indiqué à la presse Wei-Ping Andrew Lee, professeur et directeur du département de chirurgie plastique et reconstructrice à l'école de médecine de l'université.

Lu sur BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !