Un singe bouge le bras d'un autre... par la pensée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Un singe bouge le bras d'un autre... par la pensée
©

La planète des singes

Un singe bouge le bras d'un autre... par la pensée

Il s’agit d’un pas en avant vers la mise au point d’une méthode efficace aidant les personnes paralysées.

L’histoire pourrait sortir d’un film de science-fiction. Pourtant, ceci est bien réel. Un singe est parvenu à commander le bras d’un autre, qui était anesthésié, par la simple pensée. Au cours d’une étude expérimentale, les chercheurs avaient relié le bras en question avec des électrodes et un ordinateur. Alors qu’ils travaillent depuis très longtemps sur la conversion de la pensée en mouvement, les scientifiques ont fait un fabuleux pas en avant. Et pour cause, la paralysie est majoritairement provoquée à des blessures dans la moelle épinière coupant ainsi la communication entre le cerveau, les nerfs et les structures à actionner.

D’après la synthèse de leurs travaux publiés cette semaine dans la revue Nature, les singes, qui ont joué chacun leur tour le rôle du "maître" et du paralysé, étaient censés manipuler une manette et déplacer un curseur vers une cible sur un écran. La configuration a été adoptée pour obtenir la simulation la plus proche d'une paralysie totale, où le cerveau est déconnecté du membre. Dans 84% des cas, l’animal "maître" a réussi à faire le mouvement juste au bras de son ami. "Nous démontrons qu'un sujet peut contrôler un bras paralysé uniquement par sa pensée", a expliqué Maryam Shanechi, l'un des auteurs de l'étude.

Les progrès s’accumulent depuis quelques temps. Des personnes paralysées ont notamment réussi à écrire sur un écran sous bouger. En 2012, une femme est parvenue à actionner un bras robotique par la pensée. Toutefois, l’être humain est encore loin de pouvoir réaliser ce qu’a fait le singe. Mais l’expérience donne beaucoup d’espoir.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !