Un bruit de fond dans le cerveau permettrait le libre arbitre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le Docteur Bengson a découvert qu'un"bruit de fond" se produisait dans le cerveau alors que l'activité électrique fluctuait
Le Docteur Bengson a découvert qu'un"bruit de fond" se produisait dans le cerveau alors que l'activité électrique fluctuait
©Reuters

Analyses

Un bruit de fond dans le cerveau permettrait le libre arbitre

Selon une étude menée par le Docteur Jesse Bengson, de l'Université de Californie, le libre arbitre résulterait d'une activité électrique dans le cerveau.

D'où vient ce qu'on appelle "le libre arbitre" ? Selon une étude menée par le Docteur Jesse Bengson, de l'Université de Californie et publiée dans The Journal of Cognitive Neuroscience, le libre arbitre résulterait d'une activité électrique du cerveau. Au cours des recherches, 19 volontaires se sont assis devant un écran pendant que l'activité électrique de leur cerveau était analaysée par le biais d'un électroencéphalogramme. Les volontaires décidaient de regarder à gauche ou à droite quand des symboles de repère apparaissaient sur l'écran. Ces derniers arrivaient au hasard, ainsi les "cobayes" ne pouvaient pas consciemment préparer leur décision.

Le Docteur Bengson a ainsi découvert qu'un"bruit de fond" se produisait dans le cerveau alors que l'activité électrique fluctuait. Selon l'étude, observer l'activité du cerveau huit secondes avant que les repères n'apparaissent permet de prédire de quelle façon la personne va choisir de regarder. "L'état du cerveau juste avant l'apparition du symbole détermine si vous allez vous tourner à droite ou à gauche", conclut Bengson. Selon lui, cela est lié au libre-arbitre et suggère que nos décisions ne sont pas prédéterminées.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !