Mort de Kennedy : 40 000 documents déclassifiés en 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
John Fitzgerald Kennedy en compagnie de sa femme Jackie.
John Fitzgerald Kennedy en compagnie de sa femme Jackie.
©Reuters

JFK

Mort de Kennedy : 40 000 documents déclassifiés en 2017

Les archives concernant l'assassinat du président démocrate doivent être rendues publiques d'ici deux ans. La fin d'un des plus grands mystères de l'histoire américaine contemporaine ?

Le site Politico a révélé que 40 000 documents concernant l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy devraient être déclassifiés en 2017. L’occasion peut-être de lever le voile sur un événement qui continue toujours de susciter la controverse. Des théories plus ou moins probables voient régulièrement le jour pour essayer de cerner les motifs et l’identité des commanditaires. Cependant, le président américain peut opposer son droit de veto si la CIA ou le FBI estiment que certaines archives pourraient exposer inutilement des personnes encore vivantes. Ce sera au successeur de Barak Obama d’en décider.

Les hypothèses concernant l’assassinat de Kennedy sont multiples. L’une d’entre elles consiste à affirmer que Lee Harvey Oswald aurait agi pour les services cubains dans le but de répondre aux tentatives d’assassinat de Fidel Castro par la CIA. Une autre théorie prétend, au contraire, qu’Oswald aurait été manipulé par des anti-castristes, mécontents de l’attitude JFK à la suite du débarquement de la baie des Cochons, abandonnant à leur sort des centaines d’exilés cubains. La troisième thèse la plus vraisemblable accuse les Soviétiques du meurtre du président américain. Les Russes n’auraient pas accepté que Kennedy tienne tête à Krouchtchev pendant la crise des missiles de Cuba.  

Quoi qu’il en soit, le peuple américain éprouve le besoin de connaître la vérité sur l’assassinat d’un des présidents les plus populaires de son histoire. 

lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !