Le mystère de la disparition des habitants de l'Ile de Pâques pourrait avoir été résolu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le mystère de la disparition des habitants de l'Ile de Pâques enfin résolu?
Le mystère de la disparition des habitants de l'Ile de Pâques enfin résolu?
©wikipédia

Et boule de gomme

Le mystère de la disparition des habitants de l'Ile de Pâques pourrait avoir été résolu

Des chercheurs néozélandais estiment que les conditions environnementales pourraient être à l'origine du mystère.

L'Ile de Pâques : ses statues poétiques et intrigantes, son écriture unique, son air de Bout du monde au marge des cotes chiliennes…et son mystère : qu'est-il arrivé à ses habitants? Car oui, aussi surprenant que cela puisse parait, personne ne sait ce qui est arrivé à la population native de ce lopin de terre de 166km2, découvert en 1722 par le navigateur hollandais Jakob Roggeveen. De nombreuses thèses ont été avancées : cannibalisme, manque de ressources, faible résistance aux épidémies européenne. Mais aucune n'a tout à fait convaincu.

Aujourd'hui, des anthropologues néo-zélandais ont peut-être trouvé la réponse. Dans une étude publiée le 5 janvier, ils révèlent que la disparition aurait peut-être pour origine des conditions environnementales. Késako?

"Les résultats de nos recherches sont assez surprenants", explique Thegn Ladefoged, professeur d'anthropologie à l'Université d'Auckland au HuffPost US. "Pour faire bref, nos recherches ne soutiennent pas l'idée selon laquelle l'effondrement de la société s'est passé avant l'arrivée des Européens à cause de l'érosion physique et d'une moindre productivité (et donc d'un manque de ressources, NDLR), mais elles indiquent que la façon dont la population s'occupait de ses terres a changé et ce, avant l'arrivée des Européens".

Selon le Huffington Post, les chercheurs ont analysé et daté 428 outils en obsidienne (une roche volcanique), ainsi que des morceaux d'obsidienne, de différents sites archéologiques de l'île. Ils ont ainsi eu la possibilité de déterminer quand et comment les autochtones ont fait usage de ses sols et de ses ressources naturelles.

A la suite de ces recherches, ils se sont rendu compte que l'utilisation variait selon les endroits de l'île. Une pratique qui révélerait davantage des contraintes environnementales qu'un abus des ressources de l'île jusqu'à leur épuisement. Des précipitations trop variables et un déclin de la qualité des sols sont des possibilités pointées du doigt par les anthropologues.

Lu sur 20minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !