Invité par Macron aux Mureaux, Yassine Belattar se retrouve en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Invité par Macron aux Mureaux, Yassine Belattar se retrouve en garde à vue
©Capture d'écran / NBC

Un fiasco

Invité par Macron aux Mureaux, Yassine Belattar se retrouve en garde à vue

L’humoriste a été interpellé vers 11 heures mardi 20 février, selon le parquet de Versailles.

Mardi 20 février, Emmanuel Macron s’est rendu aux Mureaux (Yvelines) où il a lancé le projet d'extension des horaires des bibliothèques, une de ses promesses de campagne. A cette occasion, il avait invité l'humoriste Yassine Belattar. Mais ce dernier n’a pas pu rejoindre le cortège présidentiel car il a été interpellé vers 11 heures, non loin de la médiathèque des Mureaux, a annoncé le parquet de Versailles ce mercredi 21 février. En cause, arrivé en retard, il a insulté un policier qui lui refusait l'accès, ajoute le parquet. Mais l'animateur évoque un "malentendu".

"Une policière m'a fait une remarque très désobligeante"

Joint par l'AFP, Yassine Belattar a affirmé qu'il avait été placé en garde à vue. Sept heures après, il a été remis en liberté dans le cadre d'une composition pénale, selon une source policière. Cette mesure alternative aux poursuites permet d'éviter un procès et s'applique lorsque la personne reconnaît les faits reprochés.

"Une policière m'a fait une remarque très désobligeante devant mes enfants, je lui ai répondu, et on s'est tous retrouvés au commissariat", a expliqué l’humoriste, précisant qu'une confrontation doit avoir lieu avec l'agent de police. "Même dans mon humour, j'ai beaucoup d'estime pour les policiers". Et d’ajouter : "Le principal événement de cette journée, c'est qu'Emmanuel Macron s'est rendu aux Mureaux". L'humoriste fait l'objet d'une convocation devant le délégué du procureur de la République, selon le parquet.

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !