Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Humour anglais

Hollande-Gayet : The Economist imagine Obama en couple avec Jennifer Aniston

L’hebdomadaire britannique invente de toute pièce une aventure extra-conjugale entre le président américain et l’actrice.

La relation supposée entre François Hollande et Julie Gayet n’est pas seulement commentée en France. Dans le monde entier, la presse se délecte des rumeurs révélées par le magazine people Closer. Mais l’hebdomadaire britannique The Economist est allé plus loin puisqu’il a imaginé une relation entre Barack Obama et l’actrice Jennifer Aniston. Dans un article intitulé La Maison Blanche et sous-titré "Notre plus grande fantaisie : si les Français dirigeaient l'Amérique", le magazine invente donc une aventure extra-conjugale entre le président américain et l’actrice révélée dans la série Friends.

Le scénario imaginé par The Economist ressemble fortement à l’histoire supposée entre François Hollande et Julie Gaye : une arrivée en scooter, un casque de moto, un garde du corps… tout y passe et moque avec humour la vie sentimentale du président français. The Economist imagine aussi une longue relation entre Obama et Hillary Clinton. Jamais mariés, ils ont eu quatre enfants puis se sont séparés. Une ressemblance avec Ségolène Royal ? Si peu, si peu…

Mais l’article pousse l’histoire encore plus loin en expliquant que par la suite Barack Obama tombe amoureux de Katie Couric, sorte de Valérie Trierweiler américaine, qu'il installe comme «première dame» à la Maison Blanche une fois élu. Et ce n’est pas tout puisque dans l’article parodique il est aussi écrit que l'ancien président George W. Bush a pour nouvelle compagne Beyoncé. Un rapport avec Nicols Sarkozy et Carla Bruni ? A peine.
Toutefois, la conclusion de l’article est tout sauf humoristique : "Si les hommes politiques français n'étaient pas protégés par la loi et une presse aussi calme, le discours anti-élites du Front national n'aurait pas autant de succès". A méditer.

lu sur The Economist
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.