Guerre en Ukraine : Gérard Depardieu appelle Vladimir Poutine à « arrêter les armes et négocier » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gérard Depardieu lors de la projection de la version restaurée du film "Novecento - Atto Primo" de Bernardo Bertolucci, au 74e Festival du film de Venise, en septembre 2017.
Gérard Depardieu lors de la projection de la version restaurée du film "Novecento - Atto Primo" de Bernardo Bertolucci, au 74e Festival du film de Venise, en septembre 2017.
©Tiziana FABI / AFP

Offensive russe

Guerre en Ukraine : Gérard Depardieu appelle Vladimir Poutine à « arrêter les armes et négocier »

L'acteur Gérard Depardieu n’a jamais caché son admiration pour la Russie, son histoire et ses institutions. Mais il vient de prendre position contre cette « guerre fratricide » en Ukraine.

L’acteur français Gérard Depardieu, proche du président russe Vladimir Poutine, a appelé à « arrêter les armes et négocier » dans une déclaration auprès de l’AFP ce mardi, au sixième jour de l’invasion russe de l’Ukraine. L'acteur se dit « contre cette guerre fratricide » et appelle à négocier.

« La Russie et l'Ukraine ont toujours été des pays frères. Je suis contre cette guerre fratricide. Je dis : « Arrêtez les armes et négociez ! » ».

L’acteur Gérard Depardieu a appelé l'AFP au téléphone pour faire cette déclaration.

Citoyen russe depuis le 3 janvier 2013, sur fond de désaccord avec la politique fiscale du président François Hollande, l'acteur français n'a jamais caché son amitié pour le président russe.

Gérard Depardieu avait notamment confié au magazine « Femme Actuelle », qui publie une interview dans son édition du 28 février, qu’il adorait « la Russie, ses hommes, son histoire, ses écrivains » tout en se confiant sur son mode de vie :

« Même si j'ai encore la nationalité et un passeport français, je suis désormais citoyen russe et dubaïote. Mais ma vie se déroule le plus souvent en Méditerranée ».

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !