Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Cette méthode pourrait aider les patients en détresse respiratoire, par exemple ceux atteints du Covid.
Cette méthode pourrait aider les patients en détresse respiratoire, par exemple ceux atteints du Covid.
©JOEL SAGET / AFP

Pratique

C'est désormais prouvé : les mammifères peuvent respirer par l'anus en cas d'urgence

Des scientifiques japonais, dans une nouvelle étude publiée vendredi dans la revue Med, ont montré que lorsque certaines souris ou certains porcs sont dangereusement privés d'air, un lavement fait avec un liquide porteur d'oxygène peut les sauver. 

"La pandémie de SRAS-CoV-2 a dépassé le besoin clinique de ventilateurs et de poumons artificiels, entraînant une pénurie critique d'appareils disponibles et mettant en danger la vie des patients dans le monde entier", expliquent les auteurs en préambule de leur papier. "Inspirés par des organismes tels que les loches qui utilisent la respiration intestinale, nous montrons l'efficacité d'une approche de ventilation entérale pour atteindre l'oxygénation systémique dans des modèles rongeurs et porcins", poursuivent-ils.

La respiration implique en règle générale l'inspiration d'oxygène et l'expiration de dioxyde de carbone grâce à des poumons ou des branchies, mais des espèces ont développé d'autres mécanismes. Certains poissons, araignées, ou encore les concombres de mer, peuvent ainsi utiliser leur anus pour s'oxygéner. Le Dr Takebe et ses co-auteurs ont cherché à savoir si les intestins d'un mammifère pouvaient également absorber de l'oxygène. Ils ont commencé par pomper de l'oxygène dans le rectum de souris anesthésiées et privées d'oxygène. Bien que cette procédure ait permis aux souris de survivre plus longtemps, elle nécessitait d'amincir la paroi intestinale. Les scientifiques ont alors essayé l'administration intra-rectale d'une forme liquide d'O2 connue sous le nom de perfluorocarbone conjugué, un composé historiquement utilisé en clinique pour la ventilation liquide par voie aérienne. Cette fois, leurs résultats montrent que cette méthode est "hautement tolérable et efficace pour améliorer l'insuffisance respiratoire sévère".

"En transformant l'intestin distal en organe respiratoire auxiliaire, la thérapie de ventilation entérale offre un paradigme alternatif comme moyen auxiliaire pour les patients qui ont un besoin critique d'assistance respiratoire", assurent les auteurs de l'étude.

À Lire Aussi

"Pandémies Des origines à la Covid-19" de Patrick Berche et Stanis Perez : paradoxe, ce livre, construit autour de milliers de morts, est cependant plaisant à lire
Med

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !