Après avoir été attaqué par des pirates nord-coréens, un Américain perturbe le réseau de toute la Corée du Nord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Corée du Nord
Corée du Nord
©Morgan Bourven

Vengeance

Après avoir été attaqué par des pirates nord-coréens, un Américain perturbe le réseau de toute la Corée du Nord

Il était déçu par l'absence de réponse des États-Unis face aux attaques contre des chercheurs américains

Déçu par l'absence de réponse des États-Unis aux attaques nord-coréennes contre les chercheurs américains en sécurité, un pirate informatique a pris les choses en main, et contre-attaqué raconte le site américain Wired.

Il y a un peu plus d'un an, un hacker indépendant qui s'appelle P4x a été piraté par des espions nord-coréens. P4x n'a été qu'une des victimes d' une campagne de piratage ciblant des chercheurs occidentaux en sécurité dans le but apparent de voler leurs outils de piratage et des détails sur les vulnérabilités logicielles.

P4x dit qu'il a réussi à empêcher ces pirates de lui soutirer quoi que ce soit de valeur. Mais il s'est néanmoins senti profondément déconcerté que des pirates informatiques parrainés par l'État le ciblent personnellement et par l'absence de toute réponse visible du gouvernement américain.

Il y a deux semaines,  P4x est passé à l'action. Et il dit avoir trouvé de nombreuses vulnérabilités connues mais non corrigées dans les systèmes nord-coréens qui lui ont permis de lancer à lui seul des attaques de "déni de service" sur les serveurs et les routeurs dont dépendent les quelques réseaux connectés à Internet du pays. Il a refusé de révéler publiquement ces vulnérabilités, qui, selon lui, aideraient le gouvernement nord-coréen à se défendre contre ses attaques.

 Junade Ali, un chercheur en cybersécurité qui surveille l'Internet nord-coréen, dit avoir vu des routeurs clés pour le pays tomber en panne à plusieurs reprises, emportant avec eux non seulement l'accès aux sites Web du pays, mais aussi à sa messagerie électronique et à tout autre service Internet explique Wired.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !