Akhenaton du groupe IAM hospitalisé en réanimation pour détresse respiratoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Akhenaton du groupe IAM hospitalisé en réanimation pour détresse respiratoire
©Fred TANNEAU / AFP

Côté obscur

Akhenaton du groupe IAM hospitalisé en réanimation pour détresse respiratoire

Après avoir été testé positif au Covid-19, le chanteur a été admis au service covid à l'hôpital marseillais de la Timone.

Le groupe de rap marseillais avait du annuler plusieurs dates en raison d'un cas positif au sein de l'un des membres du quintete. On ne connaissait pas son nom mais depuis aujourd'hui, la famille de l'artiste a confirmé que c'était bien Akhenaton.
 
Après avoir contracté la Covid-19, le rappeur a été placé en réanimation pour détresse respiratoire dimanche à l'hôpital de la Timone. 
 
Le chanteur de 52 ans a toujours exprimé sa réticence contre la vaccination et le pass sanitaire. Le 17 juillet dernier, il affirmait sur Twitter son opinion à ce sujet "Je le répète, je le redis comme je le fais depuis de nombreux mois. Avec le groupe IAM nous sommes contre le passeport sanitaire, contre la vaccination obligatoire, à l'usure ou non, dans le cas des soignants ou d'autres métiers (...) Il en va de nos libertés, de l'avenir de nos enfants".
 
Déjà l'année dernière il avait douté de la dangerosité du virus dans une in terview à Europe 1, "Je doute de la vraie dangerosité de ce virus-là (...) Je me pose des questions. Je ne dis pas que le masque est inutile. Il était utile en mars, au début de l'épidémie. Aujourd'hui, vous verrez que sur les masques, il y a écrit 'ne protège pas des virus' (...) Je pense que le masque a des effets beaucoup plus nocifs, car quand vous portez un masque pendant cinq heures sur votre visage, cela fait baisser le taux d'oxygène que vous avez dans votre sang". 
La Provence

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !