A cause de son casier judiciaire, Booba est refoulé du Canada<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Booba n'a pas eu le droit de se rendre au Canada
Booba n'a pas eu le droit de se rendre au Canada
©Capture d'écran

Bad boy

Le rappeur français Booba a été refoulé par deux fois cette semaine par les services d’immigration canadiens à son arrivée à Montréal, où il devait se produire.

Portes closes ! Le Canada ne veut pas de Booba. En ce moment le rappeur français fait plus parler de lui pour ses déboires que pour sa musique. Après son violent clash avec La Fouine, Booba s'est vu refusé le droit d'entrer sur le territoire canadien comme l'ont indiqué ce vendredi les organisateurs du Festival hip-hop de Montréal où le chanteur devait se produire. A deux reprises, les services d'immigration ne l'ont pas laissé passer à cause d'un incident inscrit à son casier judiciaire en 1998.

Se voyant refuser l’entrée pour la première fois mercredi, le poids lourd du rap avait dû retourner à Miami, en Floride, où il vit, puis il a tenté sa chance une nouvelle fois le lendemain, sans plus de résultats. Ses spectacles prévus jeudi à Québec et vendredi à Montréal ont dû être annulés. Selon les maigres informations dont dispose le Festival, et la maison de disques du chanteur, DEP/Universal, vendredi Booba se trouvait toujours dans la zone internationale de l’aéroport de Montréal.

Il a été refoulé en raison d’un incident "remontant à 1998 et qui est inscrit à son casier judiciaire", mais dont on ne connaît pas les détails, a indiqué la directrice du catalogue français d’Universal, Laetitia Simon."Ce qui est difficile à comprendre, c’est pourquoi cette question ressurgit aujourd’hui, alors que Booba a pu se rendre au Québec à au moins huit reprises depuis cette date", a-t-elle relevé. Un vrai bad-boy ce Booba !

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !