A bord d'un avion de l'Otan pour tester les interceptions d'aéronefs russes<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: JONATHAN ERNST / POOL / AFP
Quelques jours avant le sommet de l'Otan à Vilnius, une équipe d'euronews Roumanie a embarqué à bord d'un avion de l'Alliance lors d'un vaste exercice aérien.

Exercice aérien

A bord d'un avion de l'Otan pour tester les interceptions d'aéronefs russes

Quelques jours avant le sommet de l'Otan à Vilnius, une équipe d'euronews Roumanie a embarqué à bord d'un avion de l'Alliance lors d'un vaste exercice aérien.

En pleine guerre en Ukraine, l'Otan multiplie les missions d'interception d'avions russes dans le ciel européen. Ces missions, potentiellement très dangereuses, s'accompagnent de sessions d'entraînement grandeur nature. Une équipe d'euronews Roumanie a pu assister à l'une de ces sessions à bord d'un avion de l'Alliance.

Nos confrères ont embaqué à bord d'un Airbus A330 ravitailleur qui a décollé des Pays-Bas. L'avion a servi de cible dans cette session d'entraînement.

L'aéronef a survolé l'Allemagne et la Pologne pour atteindre la Lituanie. Immédiatement après le décollage, l'avion a été "intercepté" par les chasseurs tchèques.

Les militaires chargés de la police du ciel s'entraînent 24 heures sur 24, alors que les avions russes menacent l'espace aérien de l'Otan plus qu'avant la guerre en Ukraine. En Roumanie, les pilotes alliés et roumains ont ainsi effectué environ 160 missions d'interception réelles l'année dernière, soit trois fois plus qu'en 2021.

Harold van Pee, commandant du Centre d'opérations aériennes combinées de l'Otan  à Uedem : "Dans le sud (de l'Europe), où se trouvent l'Ukraine et la mer Noire, la situation est plus compliquée qu'auparavant parce qu'il y a une guerre là-bas (...). Il est plus difficile pour les pays de l'Otan du Sud de faire face à cette situation que pour les pays du Nord, où les frontières sont toujours les mêmes qu'avant février de l'année dernière."

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !