Quand le clown tire la lune et quand l’orange règle le calendrier : c’est l’actualité solsticiale des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Trois compteurs pour les codes vintage d’un hommage au Mustang P-51 (Breitling)
Trois compteurs pour les codes vintage d’un hommage au Mustang P-51 (Breitling)
©Breitling

ATLANTIC-TAC

Quand le clown tire la lune et quand l’orange règle le calendrier : c’est l’actualité solsticiale des montres

Mais aussi les montres des héros de l’aviation militaire, les monuments de l’Italie au poignet, des index effilés pour rhabiller le temps et des heures satellitaires à la portée de tous…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

OMEGA : Malachite obligée…

Chacun sait, désormais, que, pour ce qui concerne les cadrans horlogers, le bleu est le nouveau noir, mais aussi que le vert est le nouveau bleu. Plus vert que ce cadran en malachite, tu meurs ! Plus subtils que ces index effilés et que le cadran bombé de cette Trésor d’Omega, avec quelques diamants disposés en ellipse autour du boîtier en or de 36 mm, tu re-meurs ! À noter qu’on décompte tout de même 38 diamants dans ces précieuses volutes et que cet or n’est un métal précieux ordinaire : il s’agit d’un alliage spécial réalisé pour Omega, avec une couleur plus pâle que l’or jaune traditionnel. Cette montre est indéniablement une des plus belles créations féminines de la fin 2021…

KONSTANTIN CHAYKIN : Clownerie assumée…

Il faut beaucoup de talent pour se moquer ainsi du (faux) bon goût horloger tout en respectant de façon créative les traditions de ces beaux-arts de la montre. L’horloger indépendant russe Konstantin Chaykin persiste et signe avec sa montre clownesque dont les deux grands « yeux » indiquent, par leurs pupilles qui servent de repère, les heures (à gauche) et les minutes (à droite). En prime, dans la bouche du clown, une drôle de langue : c’est une indication très originale des phases de la lune vient confirmer la vocation haute horlogère de cette montre non-conformiste [une des premières montres de cette série a été récompensée par un Prix de l’Audace au Grand prix d’horlogerie de Genève en 2018]. Ce boîtier de 42 mm propose un mouvement automatique : c’est une montre à vivre, pas une curiosité de vitrine ! Cette version très esthétique se pose en coup de chapeau à Joseph Grimaldi (1778-1837), le plus célèbre clown anglais du XIXe siècle, fondateur des codes de la clownerie contemporaine. Quand il devient trop facile de lire l’heure, à l’extrême seconde près, sur l’écran de son téléphone portable, les poignets se doivent d’être équipés d’objets du temps plus amusants : en compagnie de Konstantin Chaykin, on est certain de ne jamais s’ennuyer…

BREITLING : Néo-vintage respecté…

L’aviation n’aurait pas le même goût sans Breitling, maison horlogère suisse dont la légende accompagne la légende aéronautique depuis bientôt un siècle. Une nouvelle collection Super Avi reprend les codes d’une montre d’aviateur des années 1950 (la réf. 765 Avi, surnommé la « co-pilote » par les aviateurs de l’époque), en les mariant à quatre avions de la grande épopée aérienne (le Mustang, le Corsair, le Curtiss et le Mosquito, appareils des grandes batailles héroïques de la Seconde Guerre mondiale). Deux versions (acier et or rouge) pour ce chronographe trois compteurs logés dans un boîtier de 46 mm, qui a été enrichi d’une aiguille « GMT » (pointe rouge), qui indique un second fuseau horaire grâce à la graduation des vingt-quatre heures gravée sur le rehaut intérieur, la lunette tournante pouvant servir à afficher une troisième fuseau horaire, cette fois sur douze heures (ci-dessous : la montre dédiée au Mustang P-51). On appréciera la lisibilité des grands chiffres arabes de cette Super Avi, qui s’impose comme un double hommage graphique, tant aux plus belles montres de l’âge d’or des montres mécaniques qu’aux plus fameux appareils de la Seconde Guerre mondiale. C’est du vintage purement émotionnel – et ça marche !

LAURENT FERRIER : Néo-classicisme apaisé…

Qu’est-ce qu’un « calendrier annuel » ? C’est une montre qui va vous indiquer fidèlement le jour, la date et le mois de l’année en cours, en respectant les mois de trente jours et ceux de trente-et-un jours. Si vous la portez tous les jours, vous n’aurez à la régler qu’une fois par an, au matin du 1er mars, mais tous ces affichages sont ajustables, tout au long de l’année, soit par le poussoir situé à gauche du boîtier (jour), soit par la couronne (mois et date « circulaire » indiquée par une aiguille blanche). On admirera au passage la sobriété tranquille, mais néanmoins néo-classique, de ce boîtier rond de 40 mm et le style apaisé, mais tout aussi néo-classique, de ce cadran délicatement traité en bleu avec des touches orange très originales, mais surtout particulièrement élégantes. Laurent Ferrier ne réalisera malheureusement que dix pièces de cette série de calendriers annuels « École », dont le mouvement à remontage manuel propose quatre-vingts heures de réserve de marche. Et ces dix montres ont déjà trouvé preneur chez les collectionneurs du monde entier, qui apprécient Laurent Ferrier comme une des seules marques capables d’égaler Patek Philippe – du moins techniquement et esthétiquement…

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

•••• U-BOAT : à quoi bon s’encombrer d’un guide touristique quand il suffit d’une montre ? La maison indépendante italienne U-Boat, dont le designer Italo Fontana assure la direction créative, nous propose ainsi une collection de montres qui rendent hommage aux grandes cités italiennes, en commençant par Rome et par Rome et par Florence. Le style est assez… brutaliste, avec un boîtier en bronze de 45 mm aux reliefs marqués et aux gravures monumentales. On reconnaît le Ponte Vecchio de Florence (ci-dessous) et la cathédrale Santa Maria del Fiore sur la montre florentine (avec le David de Michel-Ange gravé sur le fond), alors que la montre romaine rend hommage au Colisée et à la basilique Saint-Pierre-de-Rome. Le cadran lui-même est texturé comme les pierres épigraphiques des monuments antiques. Du fait de sa microsculpture artisanale, chaque montre automatique (mouvement suisse) de cette double série de 88 pièces est évidemment « unique »… •••• PHANTASOS : la très haute mécanique devient très abordable ! Actuellement en campagne sur Kickstarter, la montre Triclops de Phantasos (une équipe américano-hongkongaise) propose ainsi un concept mécanique d’affichage « satellitaire » à un prix à peu près deux cents fois moins élevé que l’affichage « satellitaire » qui était la spécialité de l’horloger indépendant Urwerk. La vidéo ci-dessous explique ce concept d’heures vagabondes qui orbitent autour du cadran avant d’indiquer l’heure, à quelques minutes près, sur un registre semi-circulaire situé à douze heures… •••• SOLSTICE D’HIVER : et, bien entendu, nous souhaitons un joyeux Noël à tous les lecteurs fidèles de notre chronique Atlantic-Tac. Le solstice d’hiver nous a rassuré : la lumière reviendra et les jours commencent à rallonger…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !