Panier de crabes : petit condensé des mauvais mots que les écrivains français ont les uns envers les autres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Plus de 1000 pages de correspondances pour 46,50 euros.
Plus de 1000 pages de correspondances pour 46,50 euros.
©Reuters

Atlantico Lettres

Panier de crabes : petit condensé des mauvais mots que les écrivains français ont les uns envers les autres

Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd’hui, retour sur la correspondance entre Paul Morand et Jacques Chardonne.

Christian Millau

Christian Millau

Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.

Parmi ses parutions les plus récentes : Au galop des hussards (Grand prix de l'Académie française de la biographie et prix Joseph-Kessel), Bons baisers du goulag et aux éditions du Rocher,  Le Petit Roman du vin, Journal impoli (prix du livre incorrect 2011), Journal d'un mauvais Français (21 avril 2012) et Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi (Rocher, 2013)

Voir la bio »

3000 lettres de 1949 à 1968 dont voici les 800 premières : bonjour, les tontons flingueurs ! Ce ne sera pas “Le” monument du xxe siècle, mais la stimulante effraction de deux vieux messieurs dans les coulisses, les boudoirs, les placards et les éviers d’un grand moment de la vie littéraire. De chaque côté du filet, deux lanceurs de balles dum-dum dont l’un (Paul Morand) est à l’Académie Française et l’autre (Jacques Chardonne) feint d’être ravi de ne pas y être. Morand est un insecte aux mille antennes, et il pique. Mais le méchant, c’est Chardonne, « le bon monsieur de La Frette » qui croque ses collègues avec une fringale de brochet. Lui à la Cour de Louis XIV, il ne serait plus resté grand-chose de Molière, La Fontaine, Racine ou La Bruyère. Mais gare, touche pas à mon Morand ! Pour lui qui n’a pas la vue basse, c’est le plus grand. Aujourd’hui, qui dirait le contraire ? Mais à l’époque, ce n’était pas évident (« Démodé… Un auteur d’avant-guerre », entendait-on dans Paris).

Dans le cercle sacré, il y en a un autre : Roger Nimier. Il est présent presque à chaque page. Le hussard a tant fait pour repeindre à neuf les deux tontons, méchamment cabossés par les années noires où ils s’étaient un peu égarés ! On lui devait bien cela. Sauf qu’au bout du bout, le ton se fait moins paternel. L’écrivain reprend le dessus et n’y va pas de main morte pour quelqu’un comme moi qui fut l’ami des trois. Je ne dis pas que Chardonne n’est pas lucide, mais ça fait mal de lire sous sa plume à propos du hussard sans galop : « Il joue, pour se rassurer, un certain personnage. Je crains que l’on s’aperçoive finalement qu’il n’est personne ».

Du casse-pipe, nous sommes quand même trois ou quatre à sortir indemnes. Michel Déon que l’on retrouve ici en tant qu’auteur d’une lucide et superbe préface ; Bernard Frank, « sartrien rigolo, baiseur et aussi feignant que son maître ne l’est pas » et dont on ne sait trop s’il a ou non quitté le front d’en-face, où cravache le maréchal Sartre, mais qui a un sacré talent. Quoi que… Quoi que, sur la fin, il commence à déplaire et même à donner des boutons : « De la part de Frank, tout est possible », dit l’un. « Je le trouve ignoble. J’espère que nous verrons les châtiments », ajoute l’autre. Antoine Blondin, oui, un peu… C’est l’ami de Nimier, alors… Mais au passage, Chardonne glisse, mine de rien : « Son talent me paraît assez mince et diminue à chaque livre ». Perspicace, il ajoute : « Je ne crois pas qu’il se détruise en buvant. Il boit parce qu’il se sent un homme détruit”. Jacques Laurent ? Oui mais pas trop. « Ses “Corps tranquilles” ? Illisibles ». Et si on sortait du cercle des amis ? Bernanos ? « Une grande plume, une petite tête ». Montherlant ? « Une toute petite tête. Comme Mauriac, mais plus intelligent ». Céline ? « “Les châteaux”, c’est illisible… Pour Céline, nous étions tous des juifs. Sauf lui ». Malraux ? « Un infirme de la plume ». Aragon ? « Sur son visage, un rien d’un peu niais ». Guitry ? « Il ne restera rien et peut être se souviendra-t-on des dessins de Cocteau »… Bref, avec ce pavé de plus de mille pages, on en apprend beaucoup sur la bonté naturelle propre aux grands écrivains. Et encore, la place me manque pour aborder la grande Histoire, le domaine de Morand, toujours fascinant, même dans ses bêtises. De Gaulle, c’est “Gaulle”, « manque pas d’esprit mais vilain corps informe ; un gros sac », infoutu d’assister aux débarquements à Alger et en Normandie. On en apprend de pittoresques sur Pétain et Hitler, on traite au passage Churchill de « fossoyeur de l’Europe » et on dit sur les « nègres de Harlem » des choses que je me refuse de faire lire à Mme Taubira.

A lire : Correspondance 1949-1960 de Paul Morand et Jacques Chardonne, Gallimard, 1126 p., 46,50 €.

Source :Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Eric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc. Pour vous abonner,cliquez sur ce lien.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !