Volkswagen : 2,8 millions de véhicules en circulation en Allemagne ont un moteur truqué | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Volkswagen : 2,8 millions de véhicules en circulation en Allemagne ont un moteur truqué
©Reuters

Ce n'est qu'un début

Volkswagen : 2,8 millions de véhicules en circulation en Allemagne ont un moteur truqué

Selon Alexander Dobrindt, parmi les véhicules concernés par ce scandale se trouvent des modèles d'utilitaires légers avec des moteurs diesel de 1,6 litre et 2,0 litres, et vraisemblablement aussi de 1,2 litre.

La situation ne s'arrange pas pour Volkswagen. En plein scandale, le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, a déclaré ce vendredi qu'environ 2,8 millions de véhicules étaient concernés en Allemagne par la manipulation réalisée par Volkswagen des tests d'émissions polluantes de ses moteurs diesel. Prenant la parole au Bundestag, la chambre basse du Parlement, il a déclaré : "Il est désormais établi que des véhicules sont affectés par cette manipulation en Allemagne. Sur la base des informations dont nous disposons à ce stade, il s'agit de véhicules équipés de moteurs diesel de 2,0 litres et de 1,6 litre".

Et de préciser que parmi les véhicules concernés par ce scandale se trouvaient des modèles d'utilitaires légers. Selon lui, les moteurs incriminés sont des moteurs diesel de 1,6 litre et 2,0 litres, comme il l'avait déjà fait savoir la veille, et vraisemblablement aussi de 1,2 litre. Et ce ne pourrait être qu'un début. Il est avéré que des voitures de marque Volkswagen et Audi sont touchés, mais le groupe est aussi propriétaire de dix autres marques, dont Seat, Skoda ou encore Porsche. Après les propos du ministre des Transports, l'action Volkswagen a piqué du nez à la Bourse de Francfort, alors qu'elle était dans le vert dans la matinée. Elle perdait 4,55% à 107,05 euros à 13h50 GMT, soit une chute de 34% depuis la clôture vendredi dernier. 

Volkswagen a reconnu avoir menti au sujet des véritables niveaux d’émission de Co2 de ses voitures. La marque allemande aurait en effet doté quelque 482 000 véhicules vendus aux États-Unis d'un logiciel sophistiqué capable de détecter automatiquement à quel moment ils étaient soumis à un test de mesure antipollution des autorités. Martin Winterkorn, le PDG du groupe a dit "regretter" d'avoir "déçu" ses clients. "Je regrette personnellement, et profondément, que nous ayons déçu la confiance de nos clients et du public".

Lu sur Lexpress

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !