Un candidat vaccin nasal français breveté par des chercheurs de l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) et de l’Université de Tours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Recherche médecine
Recherche médecine
©FLORENT VERGNES / AFP

Coronavirus

Un candidat vaccin nasal français breveté par des chercheurs de l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) et de l’Université de Tours

L'Université de Tours et l'INRAE planchent depuis un an sur un vaccin nasal contre le Covid-19. Les premiers tests réalisés sur des animaux se révèlent encourageants. Les essais cliniques sur l'Homme pourraient avoir lieu l'an prochain, pour une commercialisation en 2023 selon France Bleu.

Ce vaccin ne nécessite pas de piqure, il est pulvérisé dans le nez grâce à une seringue sans aiguille.

Isabelle Dimier-Poisson est en charge de ce projet de vaccin, elle est responsable de l'équipe de recherche BioMAP. Elle explique que ce vaccin "protège des formes graves et modérées, mais surtout, il bloque la multiplication du virus dans le nez et donc, en plus de protéger la personne vis-à-vis de l'infection, la personne va aussi protéger les autres puisqu'elle ne sera plus en capacité de transmettre le virus et d'infecter". 

Ce vaccin nasal se conserve plusieurs années dans un frigo à 4 degrés, plusieurs mois à 20 degrés. Sans aiguille, il pourrait aussi être administré plus facilement aux enfants si leur vaccination est un jour recommandée ajoute France Bleu

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !