Sedat Peker, un parrain mafieux, fait trembler l’Etat turc avec des vidéos publiées sur les réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une photographie prise le 26 mai 2021 à Istanbul montre sur un téléphone portable Sedat Peker s'exprimant sur sa chaîne YouTube.
Une photographie prise le 26 mai 2021 à Istanbul montre sur un téléphone portable Sedat Peker s'exprimant sur sa chaîne YouTube.
©Ozan KOSE / AFP

Lanceur d’alerte ?

Sedat Peker, un parrain mafieux, fait trembler l’Etat turc avec des vidéos publiées sur les réseaux sociaux

Dans des vidéos suivies par des millions d’Internautes en Turquie, Sedat Peker multiplie les accusations contre des hautes personnalités de l’entourage du président Recep Tayyip Erdogan.

En cavale, Sedat Peker, un parrain mafieux âgé de 49 ans diffuse, depuis le début du mois de mai, sur les réseaux sociaux, des vidéos consultées par des millions de Turcs. Il règle ses comptes avec ses ennemis du monde politique. Sedat Peker a révélé une série de scandales concernant du trafic de drogue, des viols, des tabassages ou bien encore des assassinats de journalistes. Ces vidéos et les révélations de ce parrain mafieux déchaînent une partie de l’opinion publique et des politiques en Turquie.

Sedat Peker est connu depuis trente ans dans tout le pays. Militant de la cause ultranationaliste, il avait fini par rallier ouvertement le camp du président Erdogan en 2015. Il avait notamment participé à des meetings politiques, notamment à Rize, ville natale du chef de l’Etat.

Tombé en disgrâce, Sedat Peker s’est ensuite enfuit dans les Balkans, puis à Dubaï. En avril 2020, une opération policière a visé son organisation. Une cinquantaine de ses hommes de main sont arrêtés, le domicile de sa femme et ses filles a été perquisitionné. Depuis, Sedat Peker multiplie les révélations et les accusations contre des députés de la majorité, des fils d’ex-ministres et même contre le redouté ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu.

Certaines des accusations les plus spectaculaires du parrain sont portées sans l’appui d’aucune preuve autre que sa parole. Certains éléments les rendent néanmoins crédibles, notamment le fait qu’il confesse sa propre participation à certains méfaits.

Même si Sedat Peker ne cite pas directement le président Erdogan, les accusations qui visent son entourage pourraient fragiliser la position du dirigeant turc, déjà ébranlée par une profonde crise économique.

Ce parrain de la pègre, via la publication de ses vidéos, met donc en cause le cercle rapproché du président Erdogan.

La dernière vidéo, publiée ce 24 mai sur YouTube, a dépassé les 15 millions de vues. Il s’agit de la septième vidéo en trois semaines, selon des informations de France Info. Ce feuilleton déstabilise de plus en plus le pouvoir.

Dans ses vidéos, il décrit notamment un système de collusion entre les dirigeants politiques nationalistes qui entourent Erdogan, des milices extrémistes comme les Loups gris, et le grand banditisme, le trafic de drogue.

Sedat Peker a l’intention de publier cinq nouvelles vidéos dans les jours à venir.

Ce mercredi 26 mai, Recep Tayyip Erdogan a exprimé son soutien à son ministre de l’Economie, ciblé dans une des vidéos.

Le parquet turc a également lancé un mandat d’arrêt contre Sedat Peker.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !