Modération des contenus antisémites : un rapport dénonce une nouvelle fois l’inaction des réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les logos d'applications des réseaux sociaux de Linkedin, YouTube, Pinterest, Facebook, Instagram et Twitter affichés sur un smartphone à Arlington, en Virginie, le 28 mai 2020.
Les logos d'applications des réseaux sociaux de Linkedin, YouTube, Pinterest, Facebook, Instagram et Twitter affichés sur un smartphone à Arlington, en Virginie, le 28 mai 2020.
©Olivier DOULIERY / AFP

Régulation

Modération des contenus antisémites : un rapport dénonce une nouvelle fois l’inaction des réseaux sociaux

Selon une étude du Center for Countering Digital Hate, 84 % des publications signalées par l’ONG n’ont pas fait l’objet de mesures de modération après leur signalement. L’organisation dénonce l’inaction et le manque de réactions des réseaux sociaux dans la modération de contenus antisémites.

Les réseaux sociaux sont souvent pointés du doigt pour certains messages extrêmes. Selon un récent rapport, révélé le dimanche 1er août par l’ONG Center for Countering Digital Hate (CCDH), et d’après des informations du Monde, les principaux réseaux sociaux ne modèrent pas efficacement les publications antisémites.

Selon cette étude, « les plates-formes échouent à supprimer les contenus offensants et antisémites, même après avoir reçu des signalements spécifiques ».

Les chercheurs de cette ONG sont parvenus à établir une liste de 714 publications antisémites sur les cinq principaux réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, TikTok et You Tube. Ils ont mené leurs recherches à partir de mots-clés couramment utilisés dans les contenus haineux. Ils ont, ensuite, signalé ces contenus – posts Instagram, vidéos YouTube, etc. –, en utilisant les outils mis à disposition des internautes par ces plates-formes. Ils ont alors décidé d’observer la réaction des équipes de modération.

Selon le Center for Countering Digital Hate (CCDH), 84 % des publications signalées n’ont pas fait l’objet de mesures de modération après leur signalement.

D’après les analyses de l’ONG, ces contenus problématiques avaient rassemblé un total de plus de 7,3 millions de vues.

Dans une minorité de cas, des mesures ont été prises contre les contenus, pouvant aller jusqu’à la suppression du compte les ayant mis en ligne.

Les contenus signalés concernaient des appels à la violence contre les juifs ou des théories conspirationnistes antisémites.

Depuis la publication du rapport, un grand nombre de publications antisémites mentionnées dans le texte de l’étude ont été supprimées et modérées depuis, selon les constatations du Monde. Sur certains comptes, plusieurs contenus antisémites sont toujours en ligne.

Selon l’ONG, de nombreux hashtags antisémites sont toujours accessibles et utilisables sur Instagram, Twitter et TikTok.

Contacté par le site Axios, un porte-parole de Facebook a répété que la haine n’avait « pas sa place sur [sa] plate-forme ». Twitter a aussi réagi auprès d’Axios. L’entreprise continue à améliorer la modération des contenus.

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !