La France est prête pour la guerre, mais pas à une guerre longue selon un think-tank anglo-saxon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
©ludovic MARIN / AFP / POOL

Armée

La France est prête pour la guerre, mais pas à une guerre longue selon un think-tank anglo-saxon

La Rand Corporation analyse les capacités militaires françaises

Comme toutes les armées européennes, la France a diminué ses capacités militaires dans le sillage de la chute du mur de Berlin. Cette réduction se paie aujourd’hui. Mais elle a conservé des compétences de haut niveau dans tous les domaines analyse la Rand Corporation citée par Le Figaro.

Les forces françaises, «compte tenu de leurs priorités stratégiques, ont toujours plus de capacités que la plupart des autres armées européennes. Mais la capacité de la France de soutenir un conflit de haute intensité est, quoi qu’il en soit, limitée. Les militaires français pourraient être en mesure d’accomplir toutes leurs missions mais ils manquent de masse: ces opérations épuiseraient rapidement ses ressources matérielles et humaines»,souligne le rapport de la Rand. 

Les analyses des chercheurs anglo-saxons rejoignent celles de l’Ifri, qui a publié fin juin un rapport sur la problématique de la masse dans les armées. Les conclusions sont sans ambiguïté. «La composante aérienne pourrait se voir clouée au sol faute de missiles au bout d’une dizaine de jours seulement, et cela sans tenir compte de l’attrition, de la disponibilité technique ni de la probabilité de destruction des missiles eux-mêmes», relèvent les auteurs à partir d’une analyse comptable du nombre de missiles disponibles pour l’armée de l’air. La Marine est elle aussi configurée «au plus juste» et l’armée de terre, plus que les autres, sont soumis à la pression de la quantité. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !