Emprisonné pour exploitation et viol de mineures, le PDG d'un groupe d'assurance démissionne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Justice
Justice
©Flickr/Su morais

Justice

Emprisonné pour exploitation et viol de mineures, le PDG d'un groupe d'assurance démissionne

Jacques Bouthier, 75 ans, fait partie des 500 plus grosses fortunes françaises

Le patron du groupe de courtage en assurances Assu 2000 Jacques Bouthier, 75 ans, a été mis en examen et incarcéré samedi dans une enquête pour "traite des êtres humains" et "viols sur mineure". Il a démissionné de son mandat de président souligne RTL.

Jacques Bouthier ferait partie des 500 plus grosses fortunes françaises.

Lundi 23 mai, un jour avant la démission du PDG, une jeune femme de 22 ans s'était présentée aux policiers parisiens en mars dernier raconte RTL.

Elle leur avait expliqué qu'elle était "captive" d’un homme richissime depuis cinq ans, qui la logeait dans un de ses appartements et la violait à plusieurs reprises. Pire encore, alors que selon ses dires, elle devenait "trop âgée pour lui", la jeune femme aurait été forcée de trouver une "remplaçante" pour prendre sa suite. C’est ainsi qu’une jeune fille de 14 ans aurait ensuite été logée dans cet appartement. 

La plaignante est parvenue à filmer le PDG et la jeune fille de 14 ans ensemble dans un lit. Cette vidéo a été confiée aux enquêteurs. Le PDG a su qu'il existait une vidéo et a tenté de faire taire la plaignante. La justice le soupçonne d’avoir voulu mettre sur pied une équipe pour enlever la jeune femme, saisir la vidéo, et la forcer à quitter la France. L'équipe, composée de la femme du PDG, deux employés de sa compagnie, une jeune femme proche de la plaignante et un ancien gendarme membre du GIGN, a été placée en détention provisoire, tel que l'a confirmé le Parquet de Paris auprès de RTL. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !