Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Des policiers près du lieu de résidence des époux Tapie.
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Insécurité

Bernard Tapie et son épouse victimes d'un violent cambriolage

Quatre personnes ont frappé et ligoté le couple, en pleine nuit, à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne).

Le couple Tapie a été victime d'un violent cambriolage dans la nuit de samedi à dimanche. Quatre hommes se sont introduits dans leur maison de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) vers minuit et demi, et ont surpris le couple dans son sommeil. Selon le récit de l'AFP, les malfaiteurs encagoulés et vêtus de combinaisons noires ont attaché Bernard Tapie et son épouse avec des câbles électriques et les ont frappé afin d'obtenir la localisation des objets de valeur.

Bernard Tapie a notamment reçu "un coup de matraque sur la tête", et sa femme Dominique a reçu des coups au visage, mais les deux victimes n'ont pas été hospitalisées, a précisé à l'AFP la procureure de Melun, Béatrice Angelelli.

Après le départ des malfaiteurs, Dominique Tapie est parvenue à se défaire de ses liens pour se rendre chez une voisine d'où elle a donné l'alerte.

Sur BFMTV, le maire de la ville, Guy Geoffroy, a expliqué que les cambrioleurs étaient à la recherche d'un supposé "trésor". "Leur violence a été d'autant plus forte qu'ils n'obtenaient rien puisqu'il n'y avait globalement pas grand-chose à prendre", a-t-il précisé. Selon une source proche de l'enquête, les malfaiteurs ont dérobé deux montres, dont une Rolex, des boucles d'oreilles, des bracelets et une bague. La Police judiciaire de Versailles a été saisie de cette enquête pour vol aggravé avec violences et séquestration.

À Lire Aussi

Malaisie : le Phocéa, l’ancien yacht de Bernard Tapie, a été ravagé par un incendie

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !