Polémique en Allemagne alors qu'Angela Merkel veut éviter un afflux de réfugiés Afghans comme celui que l'Allemagne a connu en 2015 avec les Syriens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Angela Merkel
Angela Merkel
©TOBIAS SCHWARZ / AFP

Afghanistan

Polémique en Allemagne alors qu'Angela Merkel veut éviter un afflux de réfugiés Afghans comme celui que l'Allemagne a connu en 2015 avec les Syriens

Surtout six semaines avant les élections législatives

« Il ne faut pas chercher à enjoliver les choses. Nous tous – gouvernement, services de renseignement et communauté internationale  n’avons pas été en mesure de voir que les forces armées afghanes n’étaient pas prêtes à affronter les talibans », a reconnu le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, souligne Le Monde.

Un mois et demi après le départ des derniers soldats allemands d’Afghanistan et à six semaines des élections législatives du 26 septembre, il n’est toutefois pas certain que ce début d’autocritique de la part du gouvernement suffira à éteindre une polémique qui a pris en quelques heures une ampleur considérable outre-Rhin analyse Le Monde. 

« Une débâcle historique pour la chancelière Merkel », titrait, lundi soir, le tabloïd Bild« Le Vietnam de l’Allemagne », accusait, de son côté, le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung. Même son de cloche à gauche : « Le cas afghan est une honte pour la politique allemande », estimait, pour sa part, le Tagesspiegel. Selon un sondage de l’institut Civey pour le Spiegel, 76 % des personnes interrogées estiment que « l’Allemagne a échoué en Afghanistan » ajoute Le Monde.

Il est un sujet sur lequel les partis membres de la « grande coalition » au pouvoir à Berlin sont d’accord : la volonté d’éviter à tout prix un nouvel afflux de réfugiés en Europe. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !