70ème anniversaire de l'Otan : Donald Trump s'entretiendra avec Emmanuel Macron au sujet de son jugement "très insultant" sur l'Otan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
70ème anniversaire de l'Otan : Donald Trump s'entretiendra avec Emmanuel Macron au sujet de son jugement "très insultant" sur l'Otan
©

Réprimande ?

70ème anniversaire de l'Otan : Donald Trump s'entretiendra avec Emmanuel Macron au sujet de son jugement "très insultant" sur l'Otan

Après Recep Tayyip Erdogan qui avait déclaré qu'avant de parler de la "mort cérébrale" de l'Otan, Emmanuel Macron ferait mieux d'examiner sa propre cérébrale", c'est au tour de Trump de s'en prendre au chef d'Etat français estimant son jugement "très méchant".

Doanald Trump est à Londres pour le 70ème anniversaire de l'Otan, et à peine arrivé le président américain fait déjà des vagues... Lors d'un point presse organisé ce mardi matin avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, le locataire de la Maison Blanche est revenu sur les propos d'Emmanuel Macron, lequel avait affirmé que l'organisation était en état de "mort cérébrale" dans un entretien accordé à The Economist. Commentant les propos du président français, le magnat de l'immobilier les a jugé très insultants. C'est un jugement "très, très méchant a l'adresse de 28 pays", a-t-il ajouté. "La France a besoin de l'Otan", a-t-il insisté.

Poursuivant, Donald Trump a déclaré qu'il avait l'intention d'en parler avec son homologue français lors d'un entretien prévu aujourd'hui. Une menace qui ne devrait guère faire fléchir le chef d'Etat qui a déjà dit assumer "totalement" sa critique. Face au secrétaire de la l'Otan la semaine dernière, il avait en effet appuyé ses propos déplorant, en outre, que les deux derniers sommets n'aient été "uniquement consacrés à savoir comment on pouvait alléger le coût financier pour les États-Unis". Pendant ce temps, "des questions stratégiques sur la paix en Europe, la relation avec la Russie, le sujet de la Turquie ou qui est l'ennemi? (de l'Otan) n'ont pas été résolues", avait-il lancé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !