Wonder Landes de Alexandre Labruffe : original en tout point | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Wonder Landes de Alexandre Labruffe : original en tout point
©

Atlanti-culture

Wonder Landes de Alexandre Labruffe : original en tout point

Au cœur d’une déflagration familiale dans la forêt des Landes. Un excellent roman aussi original dans son contenu que dans sa forme !

Marie De Benoist pour Culture Tops

Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

 

Voir la bio »

THÈME

Pierre-Henri, le frère du narrateur, a disparu en lui laissant un mystérieux sac noir … Il porte le prénom de son grand-père tué par l’explosion d’une mine en juin 1944. Cette déflagration originelle explique peut-être les troubles de sa personnalité et annonce en tout cas la désintégration de sa famille soixante-quatorze ans plus tard. Beau parleur, PH aux multiples identités, séduit et trompe son entourage .Tête brûlée, il détruit quinze voitures en quinze ans, il trempe dans des affaires louches et est entraîné par son goût de l’argent dans des projets de plus en plus délirants. Son arrestation, suivie de son incarcération, provoque un séisme, auquel le père, compromis et endetté par les frasques de son fils aîné, ne résistera pas. Le narrateur tente de comprendre comment son frère a pu sombrer ainsi : il découvre avec effarement, derrière ses masques et le flou de ses discours, un « kamikaze, mythomane, pyromane, toxico. » Cependant lui qui paraissait indestructible extérieurement, n’était-il pas intérieurement fracassé ? Quant à leur père aux trois doctorats, il cachait des secrets plus que troubles. Cette enquête terrible, menée par le narrateur avec autant de courage que d’humour, réveille des souvenirs enfouis et leurs cicatrices, au cœur de cette forêt des Landes, où il a passé son enfance, alors qu’il a fui en Chine, loin de ses racines.

POINTS FORTS

• La signification du titre, emprunté à celui d’un livre de Murakami, La fin des temps. « Un pays mort-né : Wonder Landes. Le pays des merveilles grillées. (Puis noyées.) Le royaume barré de PHL. » Il réussit à associer symboliquement et poétiquement un lieu à un espace mental, puisque cette forêt artificielle semble hors du temps. Est-ce un refuge, une utopie, un Eden ou un désert, une nasse, un enfer ?

• Plongé dans la ronde infernale des interrogatoires, des perquisitions, des saisies d’huissiers, des dettes, des messages rageurs de son frère, des menaces de toutes parts, et effondré par le déclin inéluctable de son père, le narrateur conjure la stupeur, l’angoisse et la honte par un ton léger et une distance ironique, qui pimentent cette débâcle familiale.

• Aspiré, happé, à son corps défendant, par cette histoire folle, il dissèque les souffles de cette déflagration par une forme éclatée, en « fragments, bribes, miettes, d’images, de visions, d’émotions, où tout se mêle : présent passé futur. »

• Des personnages secondaires farfelus, comme ses amis et surtout sa compagne coréenne, maniaque et soumise aux haïkus mystiques de sa chamane, contribuent à désamorcer le tragique de la situation.

QUELQUES RÉSERVES

La construction morcelée du récit peut déconcerter le lecteur.

ENCORE UN MOT...

Alexandre Labruffe emmène le lecteur dans son univers tout à fait singulier. A partir d’une intrigue proche d’un fait divers, la magie de la littérature opère. Il réussit à raconter ce drame familial, tout en évitant les écueils du pathétique larmoyant ou du règlement de comptes. Un roman aussi original dans son contenu que dans sa forme !

UNE PHRASE

« Comment tenir debout quand tout se délite ? Je me réfugie dans l’écriture, la lecture, les films (la fiction en bouclier, en cuirasse, paratonnerre du réel) … L’ironie : seul moyen, pour moi, d’accepter la situation. L’ironie comme cocon. Je bois, je danse, je danse au bord du gouffre. J’apprivoise le précipice. » ( p. 50-51)

L'AUTEUR

Né à Bordeaux en 1974, Alexandre Labruffe a vécu pendant une quinzaine d’années en Chine. Il a obtenu un vrai succès en publiant Chroniques d’une station-service (Verticales-Gallimard) prix Maison Rouge 2019 et Un hiver à Wuhan en 2020 ( Verticales-Gallimard), un récit-témoignage sur l’apparition du Covid 19.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !