Quand Marie-Antoinette donne l’heure et quand le gorille prend son temps : c’est l’actualité aoûtienne des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
À la mémoire de la reine martyre Marie-Antoinette, immortalisée par Élisabeth Vigée Le Brun…
À la mémoire de la reine martyre Marie-Antoinette, immortalisée par Élisabeth Vigée Le Brun…
©

Atlantic Tac

Quand Marie-Antoinette donne l’heure et quand le gorille prend son temps : c’est l’actualité aoûtienne des montres

Mais aussi quelques volutes de cigares cubains, des plongeuses pastellisées, une petite seconde vers six heures, le culot à la mode hongkongaise, des cartes à jouer et la Rolex d’un footballeur…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

BREITLING : Petites touches…

Les relations entre les femmes et une marque « virile » comme Breitling ont été longtemps compliquées, mais, de saison en saison, les propositions féminines de Breitling semblent à la fois plus séduisantes et plus crédibles. Témoin cette nouvelle série « capsule » Pastel Paradise de la classique Superocean : on est passé ici de la montre de plongée on ne peut plus traditionnelle (étanchéité à 100 m) à un objet du désir et de mode, dans ses couleurs comme dans ses détails esthétiques. « Capsule » parce que cette série ne sera pas continuée – ce qui ne veut pas dire que ces montres estivales ne seront plus portables dans les mois qui viennent : au contraire, on aura bien besoin de leurs teintes pastel et de leur style sportif dans les froideurs hivernales qui s’annoncent ! Blanc de l’été, aigue-marine, vert menthe, café glacé, mandarine : on assortit ou on désassortit boîtiers (38 mm) et bracelets comme on aime, en les mixant avec les petites touches de jaune, de vert, de bleu, d’indigo, de violet, de rouge ou d’orange des aiguilles et des index. Avec Breitling, on joue comme on aime !

CUERVO Y SOBRINOS : Petites volutes de cigares…

La marque suisse qui rend hommage à la culture cubaine célèbre avec sa Robusto Churchill « Sir Winston » les liens qui unissaient l’île et le plus célèbre Premier ministre britannique. Liens qui s’expliquent à la fois par le goût de Churchill pour les cigares cubains, mais aussi par la sympathie spontanée du peuple cubain pour le « vieux lion » épicurien, qui aimait peindre en paix dans l’île, et – c’est moins connu – par les interventions militaires du jeune officier de hussards Winston Churchill pendant la guerre d’indépendance cubaine, dans les dernières années du XIXe siècle. En plus de son bracelet à maillons métalliques acier-titane et de son cadran bleu pétrole minutieusement guilloché, la montre propose une couronne de remontage très original, en forme de levier articulé – une élégante manière d’affiner les lignes d’une montre déjà pleine de distinction. Édition limitée à 100 exemplaires, un rien à côté des 500 cigares de type Robusto que la manufacture cubaine Romeo y Julieta (la préférée de Winston Churchill) avait offert au sauveur du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale…

À Lire Aussi

Quand le bouledogue tâte du chanvre et quand les doigts trempent dans la baignoire : c’est l’actualité non-conformiste des montres

MARIE & LOUIS : Petit clin d’œil…

La nouvelle marque indépendante française Marie & Louis, dessinée par une femme pour les femmes, propose depuis cet été une collection Tableau, inspirée par les plus fameuses peintures des grands maîtres du XVIIIe siècle. On peut donc retrouver sur le cadran un chef-d’œuvre comme le portrait de la reine de France Marie-Antoinette par Élisabeth Vigée Le Brun. Cette montre-bijou à forte valeur ajoutée artistique est non seulement très jolie, bien finie, très accessible (environ 230 euros, mais aussi particulièrement généreuse dans son élégance distinguée : Valérie Faivre, la créatrice de la marque, reverse une partie du produit de la vente de chaque montre à une association française qui soutient les femmes victimes de violence. 

OMEGA : Petite seconde…

Dans la collection Seamaster d’Omega, la série des Aqua Terra est, par excellence, une montre à vivre au quotidien, dans les jungles urbaines comme dans les ambiances nautiques. Cadran d’une rare mais très efficace sobriété, boîtier prévu pour toutes les tailles de poignet (en 38 mm comme en 41 mm), bracelet métallique pour l’indispensable touche « sport chic » (caoutchouc ou cuir en option), mécanique d’une inaltérable fiabilité (calibre co-axial certifié chronomètre) et raffinement des moindres détails, des versions les plus simples aux versions les plus serties : les modèles de l’année s’offrent une « petite seconde », dispositif horloger qui consiste à placer un compteur des secondes et sa petite aiguille à six heures. C’est esthétiquement plus élégant et culturellement très évocateur des montres du passé. Les prix restant raisonnables et ces montres restant disponibles en boutique, ces Aqua Terra restent une alternative très tentante aux plus célèbres vedettes du « sport chic », désormais introuvables chez les détaillants…

GORILLA : Petite revue de détails…

Le style horloger expressionniste des années 2010 exerce toujours une certaine fascination sur les amateurs. Octavio Garcia, le créateur de la jeune maison indépendante suisse Gorilla le sait parfaitement puisqu’il a été le designer des Royal Oak d’Audemars Piguet pendant ces années de « bulle horlogère ». La nouvelle Fastback Thunderbolt est un chronographe qui compile à peu près tous les détails qui font chavirer le cœur des amoureux de la montre : un boîtier ni rond, ni carré soigneusement anglé, avec les indispensables vis industrielles posées sur un boîtier en titane noirci qui contraste sans complexes avec l’aluminium orange et la céramique noire de la lunette et des poussoirs musclés. On appréciera au passage le microbillage de la couronne de remontage en titane. Les touches de couleurs du cadran complètent cette expressivité, encore plus spectaculaire dans la pénombre avec tous les éléments de la montre passés au Super-Luminova (aiguilles, index, échelles, logo, etc.). Bien entendu, la mécanique squelettée est signée d’un grand nom (Dubois Dépraz, spécialiste des chronographes de la haute horlogerie) et la montre est proposée dans une série limitée de 99 pièces, à un peu moins de 8 000 euros [ce qui n’est pas bon marché, mais pas exagéré pour le niveau de qualité atteint par cette Fastback]. On oubliait : il s’agit bien évidemment d’un chronographe à deux compteurs, puisque les trois compteurs sont désormais has been – même si on les retrouve toujours sur les plus fameuses icônes de l’horlogerie contemporaine…

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

•••• ATOWAK : cette marque hongkongaise est à peu près inconnue en Europe, mais elle a le culot de proposer une complication mécanique identique à celle des montres suisses produites par Urwerk, mais à un prix vingt et trente fois inférieur. D’où le succès actuel sur le réseau de sociofinancement Kickstarter (350 souscripteurs, à hauteur de 165 000 euros) de la montre Ettore, officiellement inspirée par l’automobile, mais clairement réimaginée – à 340 euros – de l’affichage satellitaire popularisé par Urwerk, qui avait de son côté repris un principe qu’on trouvait déjà dans des montres du XVIIIe siècle : un « satellite » portant le chiffre de l’heure défile devant un arc de cercle qui affiche les minutes (vidéo ci-dessous)… •••• HOROLOGY DECK : toujours sur Kickstarter, c’est cette fois un jeu de cartes horloger qui nous est proposé avec tous les codes chers aux amateurs de montres, des figures fortement teintés de connotations horlogères et des cartes numérales qui sont autant de moyens d’approfondir ses connaissances. Très soigneusement réalisé, ce jeu a été imaginé par le studio de design norvégien Garden Party et il a déjà été souscrit par 350 watch lovers… •••• ROLEX : précision en passant sur la montre portée par le footballeur Lionel Messi qui vient d’être recruté par le PSG moyennant 41 millions d’euros par an. Il a débarqué à Paris avec une Rolex Yacht-Master en or rose à bracelet caoutchouc, une montre personnelle plutôt modeste pour un champion qui a été l’ambassadeur officiel de montres plutôt bling-bling et autrement plus coûteuses…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004... 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !