Landsat : ce satellite qui regarde vieillir la Terre depuis 40 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Landsat : ce satellite qui regarde vieillir la Terre depuis 40 ans
©

On voit ma maison !

Landsat : ce satellite qui regarde vieillir la Terre depuis 40 ans

Le 23 juillet 1972, le satellite d'observation Landsat 1 était lancé. Depuis, des millions de photos ont été prises grâce à ce programme satellitaire. Elles révèlent les changements dramatiques auxquels est soumise notre planète.

Le programme a bien évolué... Le 23 juillet 1972, le premier satellite Landsat est lancé. Son objectif : évaluer les volumes de récolte céréalières en URSS et aux Etats-Unis afin d'anticiper l'évolution des cours. Il a fini son service en 1978.

Depuis, six autres satellites ont été lancés, le dernier en 1999. Deux sont toujours en fonctionnement, même si Landsat 5, lancé en1984, souffre de gros problèmes depuis novembre 2011.

Dès ses premiers jours en orbite, Landsat 1 a commencé par photographier la forêt amazonienne et la progression de la déforestation, comme autour du barrage Samuel, au Brésil. Entre 1984 (à gauche) et 2011 (à droite), la construction du barrage s'est achevée (cf réservoir au centre) et la forêt a énormément reculé (zones vertes devenues grisées).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


A l'inverse, ces images montrent comment la forêt du parc Yellowstone, aux Etats-Unis, a pu renaître après les incendies de 1989 qui avaient ravagé 400 000 hectares de végétation (tâches rouges sur la photo de gauche).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Au total, ce sont des millions de photos qui ont été prises. Loin de se contenter des récoltes, elles ont permis l'étude des changements climatiques, de la géologie, de l'agriculture... et de l'utilisation des sols. Car en 40 ans, la population mondiale est passée de 3,85 à 7 milliards d'individus et le monde a changé radicalement de visage, à l'image de la baie de Binhai, en Chine.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

La ville de Binhai abrite 2,5 millions d'habitants, dans le nord-est de la Chine. Ces images de Landsat montre l'industrialisation de la zone entre 1992 (à gauche) et 2012 (à droite). En 20 ans, les marécages ont été remplacés par des usines, des centres de raffinement de pétrole ou des industries de l’aérospatiale.

Symbole du gigantisme des projets immobiliers touristiques, Dubai a aussi évolué sous les caméras de Landsat. En 1990 (à gauche), la ville (en gris) a déjà commencé son développement, entamé après la découverte d'importantes réserves de pétrole, en 1970. La famille royale décida ensuite de se tourner vers le tourisme, après 1995. En témoigne la construction de Palm Islands, presqu'île artificielle en forme de palmier achevée en 2007, ou The World, archipel artificiel qui reproduit la carte du monde, dont la construction s'est arrêtée du fait de la crise financière.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Une urbanisation qui a touché également le reste du monde, à l'image de Tucson, en Arizone, passée de 600 000 habitants en 1980 à un million en 2010...

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

...ou encore de Santiago du Chili, qui s'est largement étendue entre 1985 et 2010.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


L'urbanisation pourrait bien avoir un impact là où on ne l'attend pas. Au Groenland, le plus grand glacier du monde a perdu 40 km de longueur depuis 1850...

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Autre évolution spectaculaire captée par les satellites, celle de la mer d'Aral, un lac d'eau salée en Asie Centrale. Dans les années 1960, encore alimentée par les puissants fleuves Amou-Daria et Syr-Daria, elle était la 4e étendue lacustre du monde avec une superficie de 66 458 km². En 2000, cette superficie était divisée par deux. Les quatre premières photos datent de 1973, 1987, 1999 et 2001. Les trois suivantes de 2004, 2007 et 2009.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Autre mer à l'évolution tourmentée : la Caspienne, la plus grande étendue enclavée du monde. En 1972 (à gauche), elle est à son niveau normal. En 1987 (photo du centre), la baisse du niveau de l'eau a laissé la place à un immense desert de sel... désert submergé par le retour de grosses masses d'eau (photo de 2010, à droite).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Mais Landsat n'a pas apporté que des mauvaises nouvelles. "Le plus spectaculaire a été notre découverte de la beauté de la surface terrestre, se souvient pour CBS le Docteur James Irons, du NASA Goddard Space Flight Center. C'était la première fois que nous pouvions voir la Terre à une telle échelle ".

Le système a par exemple suivi l'évolution du paysage autour du Mont Saint-Helens, l'éruption volcanique la plus importante jamais enregistrée aux Etats-Unis. Près de trois milliards de mètres cubes de roches (l’équivalent d’un cube de 1 400 m de côté) dévalèrent en avalanche le versant nord et comblèrent en grande partie la vallée de la rivière Toutle. Sur une étendue de 380 km2, les forêts furent remplacées par des collines arides et grises.

Le 8e satellite de Landsat (LDCM) sera lancé en 2013 de Californie. Il surveillera la production de nourriture et la disponibilité des ressources d'eau. Car Landsat ne fait pas que de belles photos : il permet d'organiser l'aide humanitaire après des désastres naturels.

Cliquez sur la frise pour l'agrandir

Cette comparaison du basin Wadi As-Sirhan, en Arabie Saoudite, montre l'intérêt du programme dans l'observation de l'agriculture. Si en 1987, il s'agissait d'un simple désert, la découverte de réserves d'eau a permis le développement intensif de l'agriculture. En témoigne la photo de droite, prise en 2012. Chaque point vert fait un kilomètre de large.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Morgan Bourven

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !