Les guerres culturelles deviennent violentes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'armurerie où le suspect de la fusillade de Boulder a acheté des armes.
L'armurerie où le suspect de la fusillade de Boulder a acheté des armes.
©Jason Connolly / AFP

Les guerres culturelles deviennent violentes

La fusillade de masse du Colorado peut être considérée comme l'expression sanglante de la culture du narcissisme.

Kevin Yuill

Kevin Yuill

Kevin Yuill enseigne les études américaines à l'université de Sunderland. Il écrit pour Spiked.

Voir la bio »

Cette semaine, dix personnes ont été abattues dans une épicerie du Colorado. Ahmad Al Aliwi Alissa, âgé de 21 ans, a été inculpé de 10 chefs d'accusation de meurtre au premier degré, alors que les préparatifs des funérailles de ses victimes présumées, âgées de 20 à 65 ans, sont en cours.

Les autorités n'ont encore communiqué aucune information sur une éventuelle motivation de la fusillade. Cependant, des faits émergent. Tout d'abord, le suspect est entré dans l'épicerie King Soopers avec ce qui semblait être un fusil et une arme de poing. En fait, le fusil est probablement un pistolet. Selon la police, il a acheté un pistolet Ruger AR-556 - essentiellement une version raccourcie d'un fusil semi-automatique AR-15 - six jours avant l'événement.

Comme c'est trop souvent le cas, les corps n'étaient pas froids que beaucoup en faisaient déjà de la récupération pour défendre leurs causes. Dès que l'image d'un homme au teint pâle, vêtu d'un short et emmené par la police, est apparue, de nombreuses célébrités, politiciens et journalistes à la voix bleue ont ciblé la « suprématie blanche » ou le « terrorisme domestique blanc » (ils n'ont pas mentionné le fait que les dix victimes étaient toutes blanches). Meena Harris - la nièce de la vice-présidente Kamala Harris - a tweeté : « Les hommes blancs violents sont la plus grande menace terroriste pour notre pays ».

L'actrice Rosanna Arquette a tweeté : « Appelez ça par son nom. La suprématie blanche, un terrorisme domestique ». Le journaliste CJ Werleman a déclaré avec cynisme : « Plutôt "problèmes mentaux", "mauvaise journée", "amende de stationnement", ou n'importe quoi d'autre que ce qu'il est très probablement - un terroriste blanc national ».

Cependant, lorsque le nom d'Alissa a été annoncé, la rhétorique a changé brusquement. Soudain, de nombreux libéraux ont supprimé les tweets précédents et les mots "suprématie blanche" ont disparu. Le fait qu'Alissa soit blanc - comme tous les Syriens, selon les décisions de justice du début du XXe siècle - ne comptait plus. Il n'était pas le bon type de blanc. Au lieu de cela, les élites américaines ont détourné leur colère d'Alissa vers cette menace familière : les armes d'assaut. La National Rifle Association (NRA) est devenue une seconde cible.

Les grands et les bons esprits se sont exprimés. Bill Clinton a tweeté : « Combien d'actes de violence insensés devront encore se produire avant que nous ne rétablissions l'interdiction des armes d'assaut et la limitation des chargeurs à grande capacité et que nous adoptions le contrôle universel des antécédents ? » Kamala Harris, apparaissant dans l'émission Good Morning de CBS, a déclaré : « Il n'y a aucune raison pour que nous ayons des armes d'assaut dans les rues d'une société civile. Ce sont des armes de guerre ». Les législateurs - derrière des fils barbelés et des lignes de gardes de sécurité armés - ont adopté deux mesures de contrôle des armes à feu.

Le problème est que la demande de contrôle des armes à feu à la suite d'une telle tragédie est souvent une réponse émotionnelle et irrationnelle. Le Colorado dispose déjà d'un grand nombre des mesures de contrôles proposées : vérification universelle des antécédents, loi sur le contrôle des armes à feu en cas de signal inquiétant, interdiction des chargeurs de grande capacité, lois sur les armes à feu contre la violence domestique, période prolongée de vérification des antécédents, vérification des antécédents dans les bases de données de l'État et zones sans armes. On a beaucoup parlé de la loi qui empêchait la vente de ce qu'on appelle les "armes d'assaut" et qui a été annulée par un juge du Colorado à Boulder il y a 10 jours - Alissa avait acheté une arme six jours avant la fusillade qui aurait été illégale.

Cependant, même avec deux fusillades de masse en autant de semaines, ces événements restent rares. Et le "diabolique" AR-15 et les autres armes d'assaut utilisées dans les fusillades de masse représentent un nombre minuscule de décès par rapport aux autres armes. Avec une moyenne de 13 657 homicides par an entre 2007 et 2017, environ un dixième de 1 % d'entre eux ont été causés par des fusillades de masse impliquant des AR-15.

Pourquoi l'élite continue-t-elle d'être horrifiée par les armes d'assaut ? Et, bien que nous admettions leur rareté, pourquoi de telles fusillades de masse se produisent-elles ? Les deux questions peuvent en fait être liées. Elles expriment toutes deux un sentiment narcissique de droit, un sentiment de victimisation et l'indignation de voir que le monde n'est pas conforme à sa vision.

Selon le Daily Beast, la page Facebook du suspect, supprimée depuis, comportait des critiques de Trump et des messages sur l'islamophobie. « Les musulmans de la mosquée de Christchurch n'ont pas été les victimes d'un seul tireur. Ils ont été les victimes de l'ensemble de l'industrie de l'islamophobie qui les a vilipendés », a-t-il écrit. En juillet 2019, il s'est plaint : « Ouais, si ces racistes islamophobes arrêtaient de pirater mon téléphone et me laissaient avoir une vie normale, je pourrais probablement ». Son ami de l'école s'est souvenu : « Il disait qu'il était musulman et que si quelqu'un essayait quoi que ce soit, il déposerait une plainte pour crime haineux et dirait qu'ils l'inventent ». La famille et les amis d'Alissa ont parlé de sa paranoïa et de son sentiment que les autres lui en voulaient.

De même, les libéraux se sentent victimes des manifestations extérieures du pouvoir et exigent de se sentir en sécurité dans tous les environnements. Ils accusent la culture des armes à feu. Comme un tweet se plaignant d'un Etat où le port d'arme est libre : « Je ne me suis jamais sentie à l'aise en mangeant dans un restaurant lorsque les gens entraient avec leurs armes. Et vous ? » Un autre s'e plaint : « Je ne vais pas dans les épiceries..... Mon anxiété ne le permet tout simplement pas.... Ils m'ont empêché de sortir en public. Et pourtant, ils crient que nous les privons de leurs droits ? »

Depuis quand quelqu'un a-t-il le droit d'insister pour que les autres se comportent d'une manière qui le fasse se sentir en sécurité ? Et pourquoi devraient-ils le faire ? Peut-être que dans l'esprit illusoire d'Alissa, les « islamophobes racistes » menaçaient son bien-être. Dans la récente fusillade d'Atlanta dans des salons de massage, c'est peut-être la simple existence d'établissements qui ne se conformaient pas à la vision chrétienne du monde du tireur qui l'a poussé à détruire la vie de huit êtres humains. Ni l'un ni l'autre ne semblait se sentir en sécurité avant de se lancer dans leurs attaques meurtrières.

Les événements de Boulder n'étaient pas du terrorisme. Mais ils incarnent peut-être les guerres culturelles qui divisent et déshumanisent, dans lesquelles ceux qui ne partagent pas la même vision du monde sont considérés comme de dangereux obstacles plutôt que comme des hommes et des femmes raisonnables ayant leur propre vie et leurs propres intérêts. En encourageant une culture narcissique de la plainte et en exigeant que les autres se conforment à leur sentiment de sécurité existentielle, les libéraux contribuent peut-être involontairement aux massacres à venir.

Article publié initialement (en anglais) sur le site Spiked

À Lire Aussi

Immigration : les leçons d’une crise made in Biden

À Lire Aussi

Quand le Covid déclenche des psychoses chez des malades sans aucun antécédents mentaux

À Lire Aussi

Emmanuel Macron ou la furieuse tendance aux post-rationalisations... irrationnelles

À Lire Aussi

Politique étrangère américaine : la bonne surprise d’un Joe Biden aux inspirations moins attendues que prévues

À Lire Aussi

Etats-Unis : et pour quelques 3.000 milliards de dollars de plus

À Lire Aussi

Covid-19 : l'Europe n'est pas allée « assez vite » sur les vaccins, selon Emmanuel Macron

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !