"Les déshérités ou l’urgence de transmettre" : un livre de combat pour en finir avec les diktats de la modernité qui minent l'éducation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Les Déshérités ou l'urgence de transmettre" est publié chez Plon.
"Les Déshérités ou l'urgence de transmettre" est publié chez Plon.
©Allo ciné

Atlanti-culture

"Les déshérités ou l’urgence de transmettre" : un livre de combat pour en finir avec les diktats de la modernité qui minent l'éducation

François-Xavier Bellamy encourage brillamment à s'affranchir des poncifs d’un modernisme souvent aveugle et intolérant.

Géraldine Moisand pour Culture-Tops

Géraldine Moisand est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

 
Voir la bio »

Thème

François-Xavier Bellamy, jeune professeur de philosophie, se révolte lorsqu’un inspecteur l’avertit : “Il n’y a rien à transmettre !”.

"Alors, à quoi bon l’école ?", s’insurge-t-il. Et voilà notre jeune professeur décidé à mener l’enquête. A cette occasion, il revisite trois grands auteurs, emblématiques de cette critique radicale de la transmission : Descartes, qui introduit le doute systématique en faisant table rase du passé ; Jean-Jacques Rousseau, qui préconise de revenir à l’état de nature, dans "l’Emile ou l’éducation" ; enfin, Pierre Bourdieu pour qui la transmission d’un capital culturel est la cause des pires injustices.

Par son titre même, François-Xavier Bellamy s’autorise à faire un pied de nez à l’ouvrage de Bourdieu et Passeron, ”Les héritiers”, paru en 1964, et qui préfigurait la révolte étudiante de 1968.

Points forts

Dans un style impeccable, François-Xavier Bellamy nous démontre que sans la médiation qui commence par l’apprentissage de la langue et se poursuit par la rencontre avec les livres, le petit homme ne peut se construire et conquérir sa liberté. N’est-il pas bon de répondre par la révolte aux affirmations d’idéologues révolutionnaires ? Le livre écrit avec vigueur choquera plus d’un lecteur et en enchantera bien d’autres. Il aura surtout le mérite de stimuler les esprits par une remise en question d’un modernisme souvent aveugle et intolérant.

Points faibles

Dès lors qu’il s’agit d’un livre de combat, il ne faut pas s’étonner si l’auteur néglige de faire apparaître les aspects positifs de la modernité : favoriser l’apprentissage chez l’enfant par l’expérience ; lui apprendre à discerner et à se méfier des stéréotypes aliénants, à s’ouvrir et à s’adapter à l’évolution du monde et des techniques.

En deux mots...

Ce plaidoyer pour une éducation qui remet la transmission au centre des préoccupations des enseignants est très roboratif. La modernité, à certains égards, ne serait-elle pas arrivée à son point de rupture : ne parle-t-on pas de "l’ensauvagement du monde”! Voilà un livre qui ne manquera pas de susciter un débats d’idées. Heureux évènement... A conseiller aux parents, voire aux grands-parents, qui s’interrogent sur l’école d’aujourd’hui.

Recommandation

ExcellentExcellent

On aimerait bien que nos enfants et petits enfants puissent avoir François-Xavier Bellamy en cours de philosophie...

Informations

"Les Déshérités ou l'urgence de transmettre", de François-Xavier Bellamy, publié chez Plon.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !