La country pour les nuls (français) : en quoi Taylor Swift était-elle country et en quoi ne l'est-elle plus ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La country pour les nuls (français) : en quoi Taylor Swift était-elle country et en quoi ne l'est-elle plus ?
©

Western music

La country pour les nuls (français) : en quoi Taylor Swift était-elle country et en quoi ne l'est-elle plus ?

Taylor Swift, considérée comme la reine de la musique country après son premier album "1989", a surpris son public avec la sortie de son nouvel album aux tendances pop.

Michaël  Goldman

Michaël Goldman

Michaël Goldman est un producteur de musique français. Il est notamment le co-fondateur du label communautaire My Major Company, première plateforme de financement participatif dans la production musicale.

Voir la bio »
Michel  Bampély

Michel Bampély

Michel Bampély est doctorant en sociologie de la culture à l'EHESS. Ses recherches portent sur les pratiques artistiques et les industries culturelles. Après avoir collaboré avec des maisons de disques comme Universal, Sony ou EMI, il dirige actuellement le label Urban Music Tour.
Sa thèse en sociologie, sous la direction de Jean-Louis Fabiani est intitulée "Sociologie des cultures urbaines : de la prise en charge des cultures urbaines par les industries créatives et les pouvoirs publics à leur transmission pédagogique dans l'enseignement supérieur".

Voir la bio »

Atlantico : Alors qu'elle a récemment  Taylor Swift considérée comme la reine de la musique country après son premier album "1989" surpris pour son album aux tendances pop, taillé pour la réussite commerciale, et tranchant en même temps avec son image de reine de la musique country. Dans quelle mesure ces deux courants (pop et country) sont-elles conciliables ? Qu'est-ce qui permettait de définir que le premier album de Taylor Swift appartenait au genre country ?

Michael Goldman : Le premier album de Taylor Swift appartenait au genre country parce que les arrangements des titres reprenaient les codes sonores de la country (banjo, mandoline etc). Mais les arrangements ne sont qu'un maquillage qu'on pose sur des chansons qui, dans l'ensemble, sont toutes composées de la même manière : couplet, refrain, couplet, refrain, pont, refrain, le tout entre 3 et 4 minutes environ.

A ce titre, Taylor Swift a toujours été pour moi une chanteuse pop. C'est-à-dire une compositrice, une auteur et une interprète à vocation ultra mainstream, capable de toucher à peu près tout le monde, avec des thématiques simples et universels. Le genre country est un parti-pris qui lui a permis de toucher le cœur de l’Amérique profonde, sensible à ces sonorités. Mais le défaut de cet "habillage" c'est qu'il est aussi clivant, notamment à l'international où le son du banjo n'évoque quasiment rien à l'inconscient collectif. Ça a d'ailleurs toujours été très étonnant pour moi de voir cette fille devenir dès 2006 l'une des plus grandes star de la musique pop aux US et rester une parfaite inconnue dans le reste du monde. Aujourd'hui, remplacer les banjos par des synthés lui permet d'étendre encore le champs de son auditoire et de faire connaître ses chansons dans le monde entier. Elle avait déjà commencé avec RED en 2012. Mais au final les chansons restent les mêmes. C'est du Taylor Swift.

Michel Bampély : La musique pop tire ses origines stylistiques du Rhytm and blues, du Jazz, du Folk, du Rock and Roll et de la Variété. Le virage musical de Taylor Swift de la country vers la musique pop n’a rien d’étonnant sur un plan artistique et commercial. La Pop music s’inspire de tous les courants de musiques dites spécialisées afin d’enrichir ses sonorités et les rendre plus accessibles au grand public. Ce phénomène n’est pas nouveau aux Etats-Unis. La chanteuse Sheryl Crow, par exemple, mélange le rock, la pop, le folk et la country et en a fait sa marque de fabrique. Ray Charles se tourna à partir de 1962 vers la musique country avec le single I can stop loving You.

La country et la pop sont par conséquent conciliables voire interchangeables dans la carrière de nombreux artistes qui cherchent à se renouveler musicalement ou conquérir de nouveaux publics. Il existe également plusieurs genres de musiques country. La country soul, le country rock, la neocountry ou la country pop et c’est dans ce dernier genre qu’on peut définir le premier album de Taylor Swift. Ce premier opus reste dans la tradition des musiques soutenues par une guitare, un violon fidèle à l’héritage des immigrants irlandais, gallois, écossais qui débarquèrent aux Etats-Unis au XVIIIe siècle.

Quelles différences peut-on noter entre les deux publics, amateurs de country et de pop ? Sont-ils retranchés derrière leurs genres ou au contraire possèdent-ils des goûts plus éclectiques ?

Michel Bampély : Les amateurs de country sont à la recherche d’un genre musical avec une identité culturelle, historique et sociologique beaucoup plus marquée. Elle renvoie à la "western music", culture traditionnelle des cow boys emblématiques de l’Amérique profonde. La recherche de la musique country est par conséquent à la fois musicale et identitaire.

"La Country Music symbolise : Nashville, le Texas, les cow-boys, traditions et racines, courage, liberté et ambition, le sens de la famille et de l'honneur, un sentiment d'appartenance, les valeurs religieuses", rappelle Gérard Biffoteaux, amateur de musique country.

Le consommateur de musique pop, telle qu’on l’entend aujourd’hui, est plus jeune et plus éclectique. Ce genre musical sans cesse en mutation véhicule des valeurs de progrès, de modernité et reste dans sa forme l’un des meilleurs produits idéologiques de la mondialisation.

Le virage de Taylor Swift vers la "pop urbaine" lui permet de conquérir de nouveaux marchés auxquelles elle n’aurait pas eu accès si elle s’était cantonnée à la musique pop country. Elle entre ainsi dans son évolution en concurrence avec des stars planétaires telles que Katy Perry ou Lady Gaga. Dans le cas de Taylor Swift, l’objectif ne consistait pas à passer d’un public à un autre, retranché derrière un genre musical mais bien d’étendre sa domination commerciale sur le plan international.

Quelles évolutions marquantes peut-on noter de la musique country en France ?

Michel Bampély : Le chanteur Johnny Hallyday revient le 17 novembre avec un album mélodieux et country rock intitulé "Rester  vivant". Il a importé en France la musique country dès les années 70 à l’instar d’Eddy Mitchell, Dick Rivers ou Jean Sablon. Seules les chansons sont restées populaires mais les ventes de disques de la musique country  demeurent en France très confidentielles. Elle possède néanmoins ses propres médias, plus d’une cinquantaine de festivals ainsi que des centaines de clubs de danse.

La culture country est encore perçue par le public français comme réactionnaire et n’a pas connu l’essor des cultures urbaines ou de la musique électronique. En revanche au Canada, elle a reçu un accueil similaire aux Etats-Unis comme en témoigne le succès du groupe les Cow Boys Fringants qui ont écoulé plus de 800 000 albums dans l’espace francophone.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !